Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Au Pays basque, le GIE Erosi attire acheteurs et fournisseurs


Didier D'Artigues est un usager assidu du GIE Erosi, fondé en 2006.
Raymond D'Artigues fait partie d'une cinquantaine de petites entreprises agroalimentaires du Pays basque et du sud des Landes qui discutent d'une seule voix avec les fournisseurs.

Didier D'Artigues, producteur landais des foies gras et conserves de canard Raymond D'Artigues, est un usager assidu du GIE basque Erosi. Ce groupement d'achats agroalimentaire, dont il est membre fondateur, regroupe 48 entreprises du Pays basque et sud des Landes. Il traite environ 26 familles d'achats dont les emballages, les transports, les boyaux ou les vêtements et produits d'hygiène et référence, au total 80 fournisseurs. Il en retire notamment des tarifs avantageux pour ses expéditions aux particuliers par Chronopost. « Le groupement massifie les achats et fait profiter aux petits de conditions que peuvent négocier les gros », se félicite-t-il. Début juillet, il réunira une « commission d'achats » ; celle-ci recevra des transporteurs « expréssistes » pour des colis inférieurs à 30 kilogrammes. « On va écouter leurs offres de produits et de prix, rechercher le meilleur rapport qualité/prix… Je suis plutôt un vendeur qu'un acheteur, mais je sacrifie un peu de mon temps à ces négociations », confie-t-il.

En entrant dans le GIE, un adhérent peut réaliser une économie immédiate estimée entre 10 à 15 % sur les bocaux de verre et boîtes, de 20 % sur les étiquettes, de 25 % sur les livraisons… « Nous essayons de minimiser ou retarder les hausses liées aux évolutions du marché », constate Valérie Laurentin, coordinatrice du GIE. « Il y a encore un potentiel d'économies dans plusieurs familles d'achats en continuant à davantage mutualiser, à trouver plus de synergies », signale-t-elle, soulignant : « On essaie de travailler au maximum avec des fournisseurs locaux ».

Un entrepôt à l'étude

Afin d'améliorer la logistique des approvisionnements, le GIE réfléchit à l'intérêt d'un entrepôt. En attendant, il étudie la possibilité de mettre en place une plateforme virtuelle permettant de recenser les flux et de les mutualiser. Fondé en 2006, le groupement Erosi vise les 70 adhérents. Trois nouveaux sont arrivés début 2014, dont la Fromagerie des Bergers de Saint-Michel.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les denrées de la régie agricole sont en partie surgelées dans l'unité de transformation de la ville.
[Coronavirus] Comment la ville de Mouans-Sartoux s’adapte

Souvent citée en exemple pour son organisation en matière de restauration collective bio, la petite ville de Mouans-…

Les chaînes et groupes de restauration génèrent 36 % du chiffre d’affaires de la RHD. © Patrick Cronenberger
Une tendance structurelle à la hausse, en dehors du Covid-19
En croissance continue ces dernières années, le marché de la consommation hors domicile a récemment vu de nouveaux acteurs se…
Christophe Hardy, dirigeant de Cheville 35 et SocoDN. © DR
Cheville 35 : « ce jeudi matin, les ventes se sont fortement ralenties »
Grossiste en viandes, Christophe Hardy a perdu une partie de son activité. Il continue de fournir les détaillants grâce à une…
Les achats de produits responsables

D’après le Baromètre de la transition alimentaire 2019, sondage Opinion Way réalisé pour Max Hevelaar France, le secteur…

119 millions de dollars pour aider Cuba face au changement climatique

Le Comité de direction du Fonds vert pour le climat a approuvé hier le financement à hauteur de 119 millions de dollars d…

Philippe Villevalois, directeur de l'Ifria Centre-Val de Loire. © DR
Ifria Centre

Philippe Villevalois, délégué général de l’association régionale des entreprises agroalimentaires du…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio