Aller au contenu principal

Les consommateurs veulent des alternatives acceptables à la castration à vif des porcelets

Une enquête européenne montre, qu’au même titre que la castration sous anesthésie, l’immunocastration est bien acceptée par le consommateur pour remplacer la castration à vif dès lors qu’il est préalablement informé.

En France comme dans certains pays européens, la solution de l’immunocastration est globalement mal perçue, par les éleveurs comme par l’aval de la filière, tous craignant une mauvaise image et acceptabilité de la part du consommateur. Une récente enquête réalisée dans seize pays d’Europe montre que ces inquiétudes ne seraient pas si fondées. Les premiers résultats ont été présentés lors d’une visioconférence organisée par le réseau de recherche européen Cost Ipema. Les quelque 4300 personnes ayant participé au questionnaire en ligne ont notamment été interrogées sur l’acceptabilité ou non de la castration à vif et de trois méthodes alternatives. Au préalable, ces personnes avaient été informées sur les spécificités, avantages et inconvénients, de chacune des solutions. Il en ressort que la castration avec anesthésie est la mieux acceptée avec 88 % de réponses positives contre 32 % pour la castration à vif. L’immunocastration enregistre 71 % de réponses positives loin devant la production de mâles entiers, qui recueille 49 % de oui.

 

à lire aussi le témoignage d'un abattoir allemand : « La vaccination est la méthode simple que nous recherchons pour remplacer la castration à vif des porcelets»

Un meilleur consensus pour l’immunocastration

Le niveau d’acceptabilité dépend aussi de la typologie des répondants, dont près des trois quarts étaient des consommateurs « lambda » et les 24 % restants des professionnels : éleveurs, abatteurs-transformateurs et distributeurs. Les réponses divergent dans le cas de la castration sans anesthésie avec un taux d’acceptation variant de 27 % pour les non-professionnels jusqu’à 61 % pour les éleveurs. La castration avec anesthésie fait davantage consensus, tout comme l’immunocastration. « Les enquêtés ont une option plutôt positive ou neutre de cette pratique, du fait de l’amélioration du bien-être et des garanties sur la qualité de la viande », analyse Marijke Aluwé, de l’institut de recherche agricole Ilvo en Belgique. Dans le cas du mâle entier, ce sont les professionnels de l’abattage-transformation qui montrent une moins bonne acceptabilité de la pratique. « Un résultat sans doute lié à la crainte de viande à odeur de verrat, qui pourrait pourtant favorablement évoluer grâce à une meilleure maîtrise du risque dans la chaîne de production », anticipe la chercheuse.

Lire aussi : Un tiers des porcs élevés en Europe n'est pas castré, analyse l'Ifip

Trois typologies de consommateurs

À l’issue du questionnaire, trois groupes de consommateurs ont été identifiés : le premier, avec 45 % des répondants, est contre la castration à vif, pour l’anesthésie et l’immunocastration et a un avis neutre sur le mâle entier. Sa décision d’achat est influencée par le bien-être animal et le goût de la viande. « Le second groupe représentant 38 % est également contre la castration à vif mais n’a pas d’opinion claire sur les trois alternatives, probablement parce qu’il les connaît moins. » Le plus petit et troisième groupe (17 %) a un avis neutre sur la castration à vif, est favorable à la castration avec anesthésie mais défavorable au mâle entier et à l’immunocastration. « Le niveau d’acceptabilité des alternatives à la castration dépend de l’importance accordée par chaque individu au bien-être animal, au goût de la viande et à la sécurisation de la chaîne de production (innocuité, aspect sain). Dans tous les cas, chacune des alternatives a une meilleure acceptabilité que la castration à vif. »

Pour le groupe Ipema, cette enquête montre que le consommateur européen est prêt à accepter l’immunocastration à condition d’être informé sur cette pratique. Il reste à vérifier que les consommateurs hors Europe le seront aussi, et notamment ceux du continent asiatique représentant un marché essentiel pour la production européenne. Par ailleurs, les résultats de l’enquête par pays européen, disponibles d’ici fin 2020-début 2021, apporteront probablement un autre éclairage.

Les enquêtés ont une option plutôt positive ou neutre de l’immunocastration, du fait de l’amélioration du bien-être et des garanties sur la qualité de la viande.
 

Le saviez-vous

Un consommateur sur deux en moyenne est informé de la pratique de castration des porcs mâles. En revanche, très peu savent qu’il existe des solutions alternatives (10 % pour le mâle entier, 1 % pour l’immunocastration).

Ipema coordonne les recherches sur les alternatives à la castration

L’action Cost Ipema (1) vise à faciliter le développement de solutions intégrées pour le développement d’alternatives à la castration chirurgicale des porcelets, à savoir l’élevage de mâles entiers et l’immunocastration. Pour Ipema, ce sont deux solutions à moyen et long termes, la solution de la castration sous anesthésie étant considérée comme une solution à court terme et/ou pour des marchés spécifiques. Financé par l’Union européenne, l’objectif d’Ipema est de coordonner la recherche et de combler les lacunes dans les connaissances entre les différentes régions d’Europe et entre la recherche et les acteurs de la filière porcine. Les résultats de quatre années de travaux ont été présentés lors d’une visioconférence en ligne le 15 septembre 2020 à laquelle ont participé 300 personnes de 30 pays. Ils seront intégralement diffusés dans un numéro spécial de la revue Animals, disponible fin 2020-début 2021.

(1) Approches innovantes pour la production de porcs mâles entiers.
 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Arnaud Collette. « Mon objectif est d’optimiser les installations existantes et de gagner en autonomie, pas d’augmenter en taille. »
« Je construis un projet équilibré autour du porc »
Arnaud Collette s’est installé en 2017 avec ses parents sur la ferme familiale à Merdrignac, dans les Côtes d’Armor. Avec la…
Guillaume Loirat (à gauche) et Olivier Jaunet. «Il est important de réaliser régulièrement des analyses des co-produits afin de réajuster les formules.»
Fabrique à la ferme : "Nous avons mis en place deux stratégies pour maîtriser notre coût alimentaire"
Les deux associés du Gaec La Blanche ont agi sur deux aspects pour maîtriser leur coût alimentaire : l'efficacité alimentaire et…
Pierre et Romain (à droite) Le Foll. «Les truies sur paille donnent une bonne image de la production, tout en permettant des performances de haut niveau.»
« Nous voulons donner une bonne image de notre métier d'éleveurs de porcs»
Pierre et Romain Le Foll se sont installés le 1er janvier 2021 à la tête de l’élevage familial de 150 truies naisseur-engraisseur…
Bien-être du porc : Des réponses pratiques sur l’apport de matériaux manipulables
La Foire aux Questions sur le bien-être animal vient d'être mise à jour. Ce document vise à apporter des réponses pratiques aux…
Alimentation animale : La guerre en Ukraine déstabilise le marché des grains
Depuis le début de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, le 24 février, le marché des grains est désorganisé alors qu’…
L'exposition des truies aux antibiotiques a diminué de 62% depuis 2013.
Forte baisse de l’usage d’antibiotiques en dix ans dans les élevages de porcs
De 2010 à 2019 la filière porcine a réduit de 67 % l’exposition des animaux aux antibiotiques, selon la 4e édition du panel…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)