Aller au contenu principal

Un groupe d'éleveurs se mobilise pour l’arrêt de la castration des porcelets

© D.P.

"Oui aux mâles entiers, non à la généralisation de la castration sous anesthésie". Tel est le mot d’ordre d’un groupe d’éleveurs réunis au sein d’une nouvelle association présidée par Jean-Jacques Riou, éleveur dans le Finistère et ancien président du marché du porc breton. Ils refusent de s’engager dans la voie de la castration sous anesthésie, "un non-sens sociétal, économique, environnemental, pour le bien-être animal et celui de l’éleveur. Nous serions obligés d’injecter un anesthésique localement au niveau de chaque testicule vingt minutes avant la castration, en plus de l’antidouleur par voie intramusculaire. Inacceptable pour nous éleveurs!" Ils soulignent en revanche que la non-castration permet de produire une viande de qualité. "Toutes les études sont unanimes, moins de 1 % des animaux présentent un risque d’odeur. Des techniques certifiées existent pour gérer cet enjeu".

L’association met en avant l'incidence économique importante de l'arrêt de la castration. "La distorsion aujourd’hui entre les éleveurs qui ne castrent pas et ceux qui le font est de 8 € par porc sorti élevage. Cette somme représente plus que le revenu moyen sur la dernière décennie". Et de mettre en garde les éleveurs : "si les groupements ne prennent pas en main collectivement ce dossier, nous n’aurons que deux solutions : castrer avec anesthésie et rester dans notre groupement, ou bien vendre nos porcs non castrés hors groupement aux abattoirs preneurs". L’association demande aux comités régionaux porcins de se concerter avec les abattoirs pour une nouvelle grille de paiement. 

D.P. 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les éleveurs qui obtiennent les portée les plus lourdes au sevrage sont aussi ceux qui font le moins appel aux portées adoptives ou au sevrage précoce. © D. Poilvet
Comment sevrer un maximum de porcelets par les truies
Une étude terrain réalisée par la firme génétique Danbred décrypte le savoir-faire des éleveurs qui font très peu appel au…
Les chinois repeuplent leurs élevages de porcs avec de la génétique française suite à l'épidémie de peste porcine africaine

La société de génétique porcine française Nucleus a exporté ce dimanche 8 novembre 2 000 reproducteurs (Large White by Nucléus…

Un groupe d'éleveurs se mobilise pour l’arrêt de la castration des porcelets

"Oui aux mâles entiers, non à la généralisation de la castration sous anesthésie". Tel est le mot d’ordre d’un groupe…

Le vaccin circovirus est administré par voie intradermique à l'entrée des porcelets en nurserie à 21 jours.  © A. Puybasset
L’impact de la vaccination circovirus mesuré à la SCEA Caux porcs
À la maternité collective SCEA Caux porcs, une étude de suivi portant sur 14 000 porcs jusqu’à l’abattage a démontré l’intérêt…
Pour les besoins de l'essai, les porcs ont été alimentés dans des stations individuelles à la station Ifip de Romillé. © Y. Rousselière
Une alimentation de précision réduit les impacts des rejets des élevages de porcs sur l’environnement
La réduction de l’azote consommé par les porcs permise par une alimentation de précision multiphase limite l’impact des rejets…
Instaurer et maintenir de bonnes relations au sein d’une équipe demande une attention permanente. © Chambre d'agriculture de ...
Les clés pour fidéliser ses salariés porcins
Avoir en permanence une équipe de salariés compétents et motivés est le rêve de tous les employeurs. Cela demande de bonnes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)