Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Une moindre « financiarisation » des marchés à terme

Les évènements en Ukraine avaient entretenu, la semaine dernière, une volatilité et une tension des prix du blé sur les marchés à terme, s'ajoutant à un weather market toujours incertain. L'aspect spéculatif de cette tendance s'estompe et on assiste à un retour vers les fondamentaux.

Période du 12 au 18 mars. Le référendum sur l'indépendance de la Crimée, et son retour dans le giron russe, n'a surpris personne et les marchés l'avaient anticipé. Il a cependant largement entretenu la volatilité des prix durant toute la semaine dernière et créé, malgré des écarts de prix fréquents, une spéculation globalement haussière. Ce premier épisode de la crise ukrainienne réglé, la situation dans la région reste tendue et les marchés, inquiets et instables. Les prix, depuis la fin de semaine dernière, ont cependant abandonné une part de leur aspect spéculatif, engageant une baisse plus compatible avec la réalité commerciale. Sur le marché physique la hausse des prix d'Euronext avait déjà été partiellement compensée par la baisse des primes, les cours se maintenant néanmoins, au-dessus des 200 euros (202 euros, le 18 mars) pour le blé standard, rendu Rouen, un niveau qu'ils n'avaient pas connu depuis janvier. À ces prix et avec un euro à 1,392 dollar, la Russie qui accélère ses chargements de blé et l'Ukraine ses expéditions de maïs, le prochain appel d'offres égyptien constituera, sur ce point, un bon test.

Situation des cultures encourageante en France

La Russie vient de revoir en hausse, sa production de céréales 2013, la portant à 92,4 millions de tonnes (Mt), contre 91,3 pour la précédente estimation et 71 Mt en 2012. La fermeté des prix des céréales continue d'être alimentée par les inquiétudes climatiques, avec la menace d'apparition du phénomène El Niño en ce qui concerne l'hémisphère Sud. En Europe de l'Ouest, particulièrement en France, la situation des cultures est encourageante. Le « crop rating » réalisé par Céré'Obs faisait apparaître, le 14 mars, un état des cultures bon à très bon de 75 % pour le blé d'hiver, contre 67 % il y a un an, et de 71 % pour les orges d'hiver. Les conditions météo de ces derniers jours ont permis d'accélérer les travaux de printemps et les tracteurs n'ont pas observé une « circulation alternée ». Le marché du maïs conserve une activité non négligeable sur le nord communautaire, mais aussi sur le marché intérieur avec des besoins de réassortiment des fabricants d'aliments du bétail. Le fob Rhin cote 184 euros, alors que les cours fob Bordeaux deviennent incompétitifs. L'orge retrouve un peu d'intérêt pour des couvertures d'ajustement chez les fabricants d'aliment du bétail ; le rendu Rouen cote 176 euros.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Evolution des cours des principales céréales
L’épidémie de coronavirus fait chuter les cours du blé tendre
Le blé tendre français cumule les éléments baissiers – recul des bourses mondiales et chute des cours du pétrole, sur fond d’…
L’essor de Covid-19 entraîne un nouveau recul des cours
Dans un contexte de crainte de récession de l’économie touchée par le coronavirus, le blé tendre limite les pertes pour le moment…
 © Jean Nantueil
Chicago : repli en panique autour du coronavirus

Le marché agricole a suivi la même tendance qu’à Wall Street, lourdement lesté par l’incertitude ambiante face au…

Evolution des cours du colza
Hausse des cours du colza, dans le sillage du soja
La Chine a de nouveau commandé du soja en provenance des États-Unis, et des restrictions logistiques sont observées dans les…
Evolution des cours des principales céréales
Les grains français parviennent à maintenir leurs cours
Alors que les conséquences de la pandémie de Covid-19 perturbent les échanges, les prix des céréales françaises restent tenus à l…
Chicago : le blé au plus haut

Le cours du blé coté à Chicago a atteint mercredi son plus haut depuis fin janvier alors que la demande nationale et…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio