Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Un weather market haussier par le blé et le maïs

Les craintes persistantes sur l'état des cultures dans les grandes plaines américaines et dans une partie du bassin mer Noire ont dopé les cours du blé et du maïs sur Chicago puis Euronext.

Période du 19 au 25 mars. La situation climatique dans les grandes plaines américaines de culture de blé est, aujourd'hui, le principal motif d'orientation du marché céréalier. Les pluies attendues se sont révélées décevantes pour combler le déficit hydrique. Le même phénomène est déploré dans une partie des régions céréalières du bassin de la mer Noire. Ces craintes persistantes sur l'état des cultures ont dopé les cours du blé et du maïs, dans la foulée, sur la place de Chicago qui enregistrait en ce début de semaine une hausse de 21,25 cents au boisseau pour le blé, qui franchissait la barre des 7 $, et de 11 cents pour le maïs. Les cours du blé sur Euronext progressaient dans le même temps, prenant 3,50 €, en clôture, le 24 mars, réagissant à la hausse de la place américaine. Le marché physique se montrait beaucoup plus prudent, maintenant les cours du blé standard rendu Rouen dans une fourchette assez étroite de 202/204 euros. Les résultats des tirages de certificats d'exportation de blé pour la période du 12 au 18 mars incitent à réflexion. Ils ont été importants pour l'ensemble de l'UE, avec 536 000 t, mais les demandes françaises se sont limitées à 33000 tonnes. Est-ce un signe de ralentissement des ventes françaises aux pays tiers en cette deuxième partie de campagne alors que nos partenaires allemands et surtout roumains (3,1 millions de tonnes exportées en 6 mois, contre 0,9 en 2012/13) se montrent très dynamiques ?

L'origine russe très compétitive

Le problème ukrainien est momentanément passé au second plan dans l'ordre des facteurs influents de l'orientation des cours, les exportations mer Noire maintenant la cadence. Mais les opérateurs s'inquiètent à propos des blés russes en particulier, plus dans le sens de leur concurrence que dans le risque de les voir diminuer. L'origine russe est actuellement très compétitive sur l'Égypte et le Maghreb où elle risque de nous prendre des parts de marché. Et un accord à long terme de fourniture de blé russe à l'Égypte est en gestation.

La demande en orge est nulle en portuaire et, sur le marché intérieur, les fabricants d'aliments du bétail lui préfèrent le maïs, plus concurrentiel. Ce qui n'est pas le cas pour les ventes vers le nord de l'Union européenne. Ralenties, celles au départ de la façade Atlantique sont réduites à leur plus simple expression, le marché ibérique étant inaccessible face à la concurrence ukrainienne. La demande intérieure permet néanmoins au maïs d'afficher une certaine fermeté, à 184 euros, fob Rhin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Evolution des cours des principales céréales
L’épidémie de coronavirus fait chuter les cours du blé tendre
Le blé tendre français cumule les éléments baissiers – recul des bourses mondiales et chute des cours du pétrole, sur fond d’…
L’essor de Covid-19 entraîne un nouveau recul des cours
Dans un contexte de crainte de récession de l’économie touchée par le coronavirus, le blé tendre limite les pertes pour le moment…
 © Jean Nantueil
Chicago : repli en panique autour du coronavirus

Le marché agricole a suivi la même tendance qu’à Wall Street, lourdement lesté par l’incertitude ambiante face au…

Evolution des cours des principales céréales
Les grains français parviennent à maintenir leurs cours
Alors que les conséquences de la pandémie de Covid-19 perturbent les échanges, les prix des céréales françaises restent tenus à l…
Evolution des cours du colza
Hausse des cours du colza, dans le sillage du soja
La Chine a de nouveau commandé du soja en provenance des États-Unis, et des restrictions logistiques sont observées dans les…
Chicago : le blé au plus haut

Le cours du blé coté à Chicago a atteint mercredi son plus haut depuis fin janvier alors que la demande nationale et…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio