Aller au contenu principal
Font Size

Un mois de baisse continue pour le blé

Depuis début mai, les cours du blé sur le marché physique sont passés de 200 euros rendu Rouen à 180. Les dernières prévisions de récoltes mondiales par le CIC, ou nationales se font de plus en plus pesantes.

Période du 27 mai au 3 juin. La semaine 22 s'est achevée sur une baisse, confirmant la tendance enregistrée depuis le début mai et qui touche l'ensemble du marché mondial comme le note le rapport du CIC du 29 mai, qui abaisse de 4 % son index prix mondial du blé par rapport à fin avril et de 5 % son index maïs. Cette baisse est majoritairement imputée aux perspectives de disponibilités pour la prochaine campagne. Si le CIC a revu en baisse de 3 millions de tonnes (Mt) son estimation de production mondiale de blé, à 694 Mt, le stock de report n'en est pas affecté ; il est reconduit à 187 Mt. Quant à la prévision de production mondiale de maïs, elle établit un nouveau record à 995 Mt et celle de stock est augmentée de 9 Mt par rapport au mois d'avril. Dans ces conditions, que la pression s'accroisse avec la proximité de la moisson se conçoit. La grande activité du marché mondial du blé ne freine pourtant pas la baisse. Cette activité s'illustre, sur le marché européen, par la poursuite d'attribution de certificats d'exportation généreuse, 530 250 tonnes (t) pour la période du 21 au 27 mai dont 191 000 t pour la France, ce qui porte le total depuis le début de la campagne à 26,46 Mt dont 8,54 pour la France (contre 17,86 Mt l'an dernier, même époque, dont 7,3 pour la France). La baisse des cours (à laquelle tentent de résister les vendeurs), qui atteint d'une vingtaine d'euros sur le marché physique depuis le début mai, et 1 € à un peu plus de 1,36 $ renforcent la compétitivité du blé français. Aussi est-il probable que les 700 000 t achetées par l'Algérie la semaine dernière seront exécutées en blé français. En revanche, les acheteurs se montrent de plus en plus exigeants en ce qui concerne le taux de protéines et il sera difficile d'exporter sous un taux de moins de 11 %.

Expéditions de maïs ukrainien à un rythme soutenu

Le marché de l'orge reste inactif en portuaire et quelques affaires par camion pour l'alimentation animale vers le nord de l'Union européenne (UE) ne suffisent pas à contenir le recul des prix.

Les expéditions de maïs ukrainien se poursuivent à un rythme soutenu et Bruxelles continue de délivrer des certificats d'importation dans l'UE, à un niveau élevé (253 900 t pour la période du 21 au 27 mai, soit 13,3 Mt depuis le début de la campagne contre 10,1 il y a un an). Néanmoins, en France où les semis sont terminés et l'état des cultures jugé bon à très bon, à hauteur de 88 %, les prix n'accusent qu'un tassement modéré alors qu'une récolte communautaire copieuse s'annonce : 65,8 Mt selon le CIC, soit 1,3 Mt de plus qu'en 2013.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Le cacao souffre

Les cours du cacao ont touché la semaine dernière de bas niveaux plus vus depuis le dernier trimestre 2018, pénalisés par…

Chicago : de nouvelles prévisions météo font monter maïs et soja

Les cours du maïs et du soja cotés à Chicago ont été soutenus par de nouvelles prévisions météorologiques anticipant un…

Evolution du cours du colza Fob Moselle
Hausse des prix du colza, suivant le soja sur Chicago
Le climat est actuellement chaud et sec aux États-Unis, pénalisant le développement des cultures de soja. La hausse de l’huile de…
 © JC Gutner
La hausse de l’euro et les prévisions de surfaces russes pèsent sur les cours céréaliers

Les cours des céréales à paille françaises se sont repliés en début de semaine, dans le sillage d’Euronext, plombé par le…

Evolution des cours des principales céréales
Les craintes d’une détérioration de la récolte dopent les cours
Les opérateurs français redoutent une récolte céréalière 2020 faible en volume ce qui fait progresser les cours des céréales…
 © JC Gutner
Chicago : le blé en repli au lendemain d’une forte hausse

Le blé américain avait grimpé mercredi à son plus haut en trois mois sur fond de prévisions d’offre mondiale en baisse.…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio