Aller au contenu principal

Un marché volatile, mais plutôt ferme

La compétitivé du blé français est remise en cause par la remontée de l’euro. Le Conseil international des céréales fait état d’une production mondiale de blé record, mais c’est le maïs, avec 861 millions de tonnes, qui constitue le marché directeur international.

Période du 18 au 24  janvier. Depuis notre dernière chronique, un facteur déterminant du marché a changé : la remontée de l’euro par rapport au dollar, s’ajoutant à la hausse des prix intérieurs. La compétitivité du blé français, dont l’opportunité a été bien exploitée jusqu’à la semaine dernière à travers les ventes à l’Égypte et à l’Algérie, se trouve donc remise en cause, bien que les prix russes aient poursuivi leur progression. Quoi qu’il en soit, les résultats à l’exportation obtenus depuis le début de la campagne, et notamment le début de la deuxième partie de la campagne, permettent d’exprimer une juste satisfaction sur ce plan ; la prévision d’un volume de vente aux pays tiers conforme aux estimations de FranceAgriMer, à 8,7 Mt, demeure plausible.

Un marché mondial chargé en blé

Le rapport du CIC (Conseil international des céréales), publié le 19 janvier dernier, est venu confirmer les prévisions du département américain de l’Agriculture (USDA) à propos d’un marché mondial très chargé en blé. Le CIC a encore renforcé la perspective d’une production record, à 690 millions de tonnes (Mt), contre 683 Mt annoncées fin novembre 2011. La consommation progresserait de 2 Mt à 681 Mt ainsi que le stock, lui aussi record, à 204 Mt.
Pour la récolte 2012-2013, le CIC annonce les emblavements les plus élevés depuis 1998, avec 225 millions d’hectares. En extrapolant les rendements de ces dernières campagnes, le CIC estime à 285 Mt la moisson potentielle de 2012, soit 5 Mt de moins que la dernière, mais encore 22 Mt de plus que la dernière moyenne quinquennale. Bien sûr, risquer un chiffre de récolte à cette période de l’année est totalement aléatoire, mais en principe, on ne se dirige pas vers une pénurie de blé. Néanmoins, malgré les fortes disponibilités actuelles et à venir, le marché mondial du blé demeure ferme, avec une bonne demande internationale, mais toujours constitué de sautes de prix sensibles sous l’effet du « weather market », de l’ambiance économique et financière ou encore de facteurs politiques comme la tension actuelle des relations occidentales avec l’Iran.

Le maïs, marché directeur

Mais c’est le maïs qui constitue le marché directeur céréalier international. Le CIC a confirmé l’analyse de l’USDA renforçant les estimations de production record à 861 Mt, contre 853 Mt prévues en novembre et ce, malgré les prévisions en baisse en Amérique du Sud et aux États-Unis. Les estimations de consommation évoluent aussi en hausse de 6 Mt, à 867 Mt, et le faible stock de report à 125 Mt entretient la tension des prix.
Les céréales françaises et européennes, bien que n’échappant pas totalement aux humeurs volatiles du marché international, conservent un certain particularisme qu’illustre le marché de gré à gré (voir ci-contre).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Avril confirme entrer en négociation exclusive avec Bigard pour la cession d'Abera et Porcgros
Comme nous l'annoncions dans notre dernier hebdomadaire, Bigard s'apprête à reprendre les sociétés Abera et Porcgros, propriétés…
Manifestation à Plérin
Des éleveurs manifestent à Plérin contre la baisse du prix du porc

Des éleveurs de porc, dont certains membres du mouvement les "bonnets roses", ont manifesté leur mécontentement devant les…

Egalim 2 : pas de contractualisation avec les grossistes ni sur les marchés aux bestiaux
La loi Egalim 2 n’oblige pas les éleveurs à contractualiser sur marchés de bétail vif. Elle maintient aussi le régime commercial…
Infographie abattages français
[Infographie] La Bretagne, première région d'abattage en France

Cette infographie s'appuie sur les données 2020 d…

Nouvelle salve entre Inaporc et Cooperl sur le financement de l’équarrissage
L’interprofession du porc et la première coopérative porcine campent sur leurs positions respectives quant à la Cotisation…
UFC-Que Choisir, Greenpeace et WWF France s'attaquent aux promesses des labels et signes de qualité alimentaires
UFC-Que Choisir, Greenpeace et le WWF France ont présenté le 28 septembre les résultats de leur étude sur la véracité et les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio