Aller au contenu principal
Font Size

Terrena met en avant sa Nouvelle Agriculture


> Hubert Garaud a présenté au Sia la marque Nouvelle Agriculture de Terrena.
La marque de progrès, déjà présente sur le lapin et sur le porc frais, apparaîtra avant la fin de l'année sur d'autres produits, promet Hubert Garaud, le président de la coopérative.

Nous n'étions pas suffisamment en phase avec les consommateurs, il devenait urgent de s'en rapprocher », estime Hubert Garaud. Le président de la coopérative Terrena, qui présentait pour la première fois au Sia sa signature « Nouvelle Agriculture », a donné l'exemple en prenant le temps d'expliquer aux visiteurs et aux médias le sens d'un concept de production, devenu marque.

« L'idée remonte à 2008 quand nous avons proposé aux coopérateurs un projet d'entreprise, celui de l'agriculture écologiquement intensive, qui vise à développer de nouvelles solutions pour produire plus et mieux avec moins », rappelle Hubert Garaud. Les agriculteurs engagés dans la démarche (ils sont désormais 2 000) ont donné naissance à de véritables filières au sein de la coopérative. Il ne restait plus qu'à en transmettre les bénéfices et la plus-value aux consommateurs. C'est le sens de la marque Nouvelle Agriculture, apposée depuis 2013 sur une gamme de lapin et depuis le 4 mars dernier sur une gamme de porc frais commercialisée chez Système U (voir LMH 219).

La photo de l'éleveur sur l'emballage

Les emballages font clairement apparaître les promesses des produits, une alimentation riche en oméga 3 et sans OGM. L'élevage est garanti sans antibiotique pour le lapin, tandis que les éleveurs de porc s'engagent dans une démarche de progrès sur cinq ans pour proposer des alternatives à la castration et aux antibiotiques. « L'autre engagement de la marque, et sur lequel nous insistons en faisant apparaître la photo de l'éleveur, c'est le lien direct entre agriculteurs et consommateurs avec une filière raccourcie », insiste Hubert Garaud. D'ici à la fin de l'année, la Nouvelle Agriculture devrait apparaître sur une nouvelle catégorie de produits, promet Hubert Garaud, qui précise que des projets de filière sont avancés dans les secteurs du bœuf et de la volaille. Le but est de segmenter le marché, en apportant une plus-value aux éleveurs (mieux rémunérés), comme aux consommateurs. « L'objectif, c'est d'atteindre les 50 % des volumes dans une production, ça ne peut pas rester marginal », abonde Christophe Couroussé, le directeur marketing et communication.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Jean-Luc Perrot, directeur de Valorial. © Valorial
« Viser à la définition de produits sains, bons et pas chers est un bon défi »

Les Marchés Hebdo : De votre place, observez-vous des signes d’un changement de…

 © DR
Tereos se redresse depuis juin

Le groupe sucrier Tereos, qui a vu ses ventes reculer de 4 % au premier trimestre de son exercice décalé 2020/2021 du…

Bonduelle sauve son année malgré la fermeture de la restauration

Les ventes du groupe Bonduelle ont progressé de 2,8 % lors de son exercice 2019-2020, malgré un trimestre en repli en…

 © Nielsen
Vrac : des achats entre parenthèses pendant le confinement

Les produits en vrac ont été fortement affecté par la crise sanitaire avec des achats en net recul pendant la période de…

L’activité d’Elior quasiment divisée par deux d’avril à juin

Le groupe de restauration collective Elior a vu son chiffre d'affaires chuter de près de moitié au troisième trimestre de…

Foodtech : ce qui attire le capital

« Qui parle d’une crise dans le financement de startups de la foodtech ? », interroge DigitalFoodLab dans sa dernière…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio