Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Tentative de stabilisation du marché

Les fondamentaux restent lourds. Le CIC table maintenant sur une récolte de soja record dans le monde à 310 millions de tonnes. Malgré cela le complexe tente de se stabiliser et rebondit même légèrement.

On craignait que des gelées précoces dans la région du Corn Belt viennent affecter les cultures. On craignait aussi que l'excès d'humidité qui régnait dans le Middle West soit de nature à pénaliser les zones de production. Finalement, ces mauvaises conditions climatiques n'ont eu quasiment aucun impact sur le soja aux États-Unis. Les moissons qui viennent de commencer (réalisées à 10 %) contribuent à alourdir davantage la pression sur les marchés des oléagineux. Quelles que soient les sources, la récolte record US est partout confirmée. Les nouvelles en provenance d'Amérique du Sud vont dans le même sens. Les premières estimations du ministère argentin de l'Agriculture font état de 20 Mha de semis consacrés au soja pour la prochaine récolte (contre 19,7 Mha cette année). Sauf accident, elle s'élèverait aux alentours de 55 Mt, soit 1 Mt de plus qu'en 2014. De plus, le risque grandissant de la dévaluation du peso peut inciter les producteurs argentins à vendre en masse, et au plus vite, leur soja.

Si, sur le plan mondial, le marché européen du colza a su saisir ses chances lors des rebonds passagers liés à certains facteurs de soutien (euro, pétrole, huile de palme et parfois même soja sur le marché de Chicago), il n'en demeure pas moins sous l'emprise du poids des fondamentaux.

Production européenne record

La lourdeur prend également sa source au sein même de l'Union européenne (UE). Alors que les surfaces n'ont pas évolué, voire même légèrement diminué, grâce à de très bons rendements dans bon nombre d'États membres (France, Allemagne, Royaume-Uni, Pologne, Roumanie et Tchéquie), la production européenne de colza atteindrait 23,57 Mt, un niveau jamais enregistré.

Concernant les produits, les cours de l'huile de colza n'ont cessé de se dégrader depuis le début de la campagne, mais ceux de l'huile de soja ont baissé encore plus vite. Résultat, l'huile de colza a récupéré des parts de marché au dépend de l'huile de soja. Cela contribue à rendre les graines plus attrayantes et ce d'autant plus que les tourteaux de colza sont également compétitifs. C'est un facteur de soutien qui permet au colza de résister, mais il n'est néanmoins pas de taille à renverser la tendance. Il faut dire que les graines ne manquent pas. À celles de l'UE, déjà abondantes, s'ajoutent celles de l'Ukraine et, plus récemment, celles d'Australie. Dans ce contexte, la trituration, comme l'estérification, malgré des marges rémunératrices, se montrent peu entreprenantes sur le marché, si ce n'est sur le marché à terme.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Evolution des cours des principales céréales
L’épidémie de coronavirus fait chuter les cours du blé tendre
Le blé tendre français cumule les éléments baissiers – recul des bourses mondiales et chute des cours du pétrole, sur fond d’…
L’essor de Covid-19 entraîne un nouveau recul des cours
Dans un contexte de crainte de récession de l’économie touchée par le coronavirus, le blé tendre limite les pertes pour le moment…
Evolution des cours du colza
Hausse des cours du colza, dans le sillage du soja
La Chine a de nouveau commandé du soja en provenance des États-Unis, et des restrictions logistiques sont observées dans les…
Evolution des cours des principales céréales
Les grains français parviennent à maintenir leurs cours
Alors que les conséquences de la pandémie de Covid-19 perturbent les échanges, les prix des céréales françaises restent tenus à l…
 © Jean Nantueil
Chicago : repli en panique autour du coronavirus

Le marché agricole a suivi la même tendance qu’à Wall Street, lourdement lesté par l’incertitude ambiante face au…

Chicago : le blé au plus haut

Le cours du blé coté à Chicago a atteint mercredi son plus haut depuis fin janvier alors que la demande nationale et…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio