Aller au contenu principal

[Edito] Soutien aux fournisseurs de la RHD !

Covid-19
© Pixabay

« Combien d’entreprises alimentaires fournisseurs de la consommation alimentaire hors domicile et notamment des PME en région seront encore debout au 20 janvier 2021 ? » s’alarmait l’Ania la semaine dernière. Selon une consultation réalisée par l’association auprès de 400 entreprises du secteur, 57 % des entreprises sont concernées par une baisse d’activité proche de 50 %, et une entreprise sur deux diffère ou annule ses projets de recrutement. L’attente du 14 janvier pour une reprise de la restauration annoncée, mais pas encore certaine, sera longue. Et nombre des fournisseurs de la restauration que nous avons interrogés disent ne pas bénéficier d’aides de l’État pour traverser cette période très difficile. Pourtant, les fournisseurs alimentaires de la RHD, y compris l’industrie et le commerce en gros de viandes, ont été ajoutés à la liste S1bis des acteurs pouvant bénéficier du fonds de solidarité et des exonérations de charges sociales avec effet rétroactif. Et sont en attente d’intégrer la liste S1bis pour le chômage partiel. Oui, mais voilà, pour y accéder, les entreprises doivent avoir perdu 80 % de chiffre d’affaires entre le 15 mars et le 15 mai 2020 (ou 30 % sur l’ensemble de l’année 2020). Un taux très élevé que n’atteignent pas forcément les entreprises, pourtant très affectées par l’arrêt de la restauration. La plupart se sont mobilisées fortement lors du premier confinement pour trouver d’autres solutions à la restauration, comme le e-commerce, la vente aux particuliers, et maintenir ainsi activité et emplois. Elles se trouvent pénalisées aujourd’hui par les règles trop restrictives des aides d’État. Plusieurs fédérations, dont la CGI et la Fedev, réclament aux pouvoirs publics d’assouplir les conditions. Si l’État a ouvert les vannes de l’argent public depuis plusieurs mois, il serait effectivement bon qu’il fasse un effort supplémentaire pour le secteur agroalimentaire. Subir 50 % de pertes est déjà très préjudiciable pour ces PME, souvent familiales, et, ne l’oublions pas, pourvoyeuses d’emploi dans tous les territoires qui se trouvent aujourd’hui fragilisées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Le lait fait les frais du « bio à tout prix », selon la FRSEA des Pays de la Loire
Le syndicat agricole des Pays de la Loire déplore le début des baisses de prix du lait bio. Il accuse les entreprises et…
Des abattoirs français, espagnols, autrichiens et néerlandais déréférencés par la Chine
L'Ifip informe que certains abattoirs européens ont perdu leur agrément pour exporter vers la Chine.
Inflation générale et pénuries pour les fabricants d’aliments d’élevage
Le Snia, syndicat des fabricants d’aliments composés, annonce des hausses inévitables de l’alimentation animale et signale le…
Veau de boucherie : les prix ont résisté à l’été

Les cours des veaux de boucherie ne se sont pas effondrés cet été, contrairement aux deux années précédentes. Cette…

Lactalis a réalisé 23 milliards de dollars de chiffre d'affaires pour les produits laitiers en 2020.
Le français Lactalis devient numéro 1 mondial du lait
Le chiffre d’affaires pour les produits laitiers de Lactalis a dépassé pour la première fois en 2021 celui de Nestlé, selon un…
Hausse de la production mondiale de porc en 2021 portée par la Chine

La production mondiale de porc devrait progresser en 2021, portée…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio