Aller au contenu principal

Soja : les Chinois toujours aux achats

Le soja continue à bénéficier d’une belle fenêtre de tir avec des Chinois toujours aux achats pour reconstituer leurs stocks, alors que l’Amérique du Sud ne peut pas fournir à hauteur des besoins. Le colza en France bénéficie de cet appel d’air.

Alors qu’il y a encore quelques mois, le bilan mondial de soja était particulièrement lourd, on se retrouve aujourd’hui dans une situation très tendue. Au gré des évènements climatiques, les productions sud-américaines ont fondu de 20 millions de tonnes (Mt) entre les premières et les dernières estimations. Actuellement encore, les températures dans certaines zones de production argentines sont devenues négatives : cela peut affecter les 63 % des surfaces restant à récolter, aussi bien en termes de quantité (les estimations oscillent actuellement entre 41 et 44 Mt contre 49 Mt l’année dernière) qu’en termes de qualité (perte de taux d’huile). Face à cela, la demande en soja US reste très élevée : on a atteint la semaine dernière 1,4 Mt à l’exportation (ancienne et nouvelle campagnes), principalement vers la Chine, alors que les estimations oscillaient encore une fois en dessous des réalisations, entre 0,9 et 1,2 Mt. C’est une excellente illustration de la crise que traverse l’Amérique du Sud, puisqu’en temps normal, la Chine délaisse le marché américain pendant la période de la récolte sud-américaine.
Ainsi, en deux semaines, le prix du soja a augmenté de 13,5 dollars/t sur l’ancienne campagne. La nouvelle campagne n’a augmenté que de 3 dollars/t. En effet, les nouvelles sont rassurantes : le soja américain pourrait voir ses surfaces augmenter, notamment grâce à une utilisation de la « double-crop » : si les blés gardent leur avance de développement, certains champs pourraient être semés en soja après les moissons. Mais en attendant, il faudra pouvoir tenir jusqu’en septembre, date des premières récoltes de soja américain.

Demande en pois

Selon l’Unip, sur le marché du pois standard ancienne récolte, quelques intérêts acheteurs se sont manifestés du côté de la Bretagne, conséquence de la flambée des prix du tourteau de soja. Mais les lots de pois sont difficiles à trouver ou alors à des prix jugés trop élevés, notamment dans les régions les plus proches de Rouen. Les organismes stockeurs de ces régions restent focalisés sur le débouché export, pour lequel on signale encore une demande, à un niveau de 260 euros/t rendu Rouen pour de l’avril-mai. Les prix du pois standard ont donc nettement progressé, le départ Eure-et-Loir se situant à 250 V euros/t.
En pois jaune, un cinquième chargement est parti pour l’Inde durant la première quinzaine d’avril, pour environ 37 000 t. Ce marché export enregistre encore une petite activité. Dernier prix traité : 265 euros/t rendu Rouen pour de l’avril-mai, niveau qui reste acheteur.
En nouvelle récolte, les transactions sont peu nombreuses, les vendeurs restant sur la réserve. Pourtant, la demande est là et le montant de la prime a de nouveau fortement augmenté, de 15 à 20 euros/t en un mois. Le niveau acheteur en rendu Rouen est à : blé Euronext (échéance novembre) + 80 euros/t (soit 282 euros/t le 24 avril) pour de l’août-septembre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Cooperl reprend l’ancien abattoir GAD
Cooperl Arc Atlantique (Lamballe, Côtes d’Armor) a annoncé vendredi soir 2 avril la signature d’un accord par lequel il se porte…
Du Simplement bon au Bio le responsable, Fleury Michon déploie une série d'arguments répondant à toutes les attentes. © Fleury Michon
Jambon : Fleury Michon revoit sa segmentation pour détrôner Herta
Le prix, le goût et l’engagement sociétal sont les trois attentes saillantes de consommateurs de jambon, selon la nouvelle équipe…
Bernard Boutboul, président de Gira Conseil, s'attend à une ruée dans les restaurants pour leur réouverture. © Adrien Olichon sur Unsplash
Perspectives optimistes pour la restauration post-Covid
Les derniers mois ont été éprouvants pour la restauration, mais le secteur n’a pas autant reculé qu’on aurait pu le craindre,…
La France possède les plus grandes surfaces de légumes secs bio dans le monde

Avec près de 131 070 hectares de surfaces de légumes secs cultivées en agriculture biologique en 2019, la France se hisse à la…

Le grossiste bio Relais Vert ouvre un nouvel atelier de conditionnement
Relais Vert poursuit sa croissance avec l’ouverture de Bilodev, un nouvel atelier de conditionnement 100% dédié aux produits…
Avril veut vendre les oeufs Matines et ses activités de transformation animale
Portant de nouvelles ambitions, notamment vers les protéines végétales, le groupe Avril annonce vouloir céder les œufs Matines et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio