Aller au contenu principal
Font Size

Sensible rebond des cours européens

Les cours des porcs charcutiers européens ont repris le chemin de la hausse, soutenus par la baisse de la production et dans un contexte haussier des prix mondiaux.

Depuis la mi-mars, les cours des porcs charcutiers européens sont repartis à la hausse. Une reprise qui s'est traduite par une revalorisation des prix des pièces, tant au sein de l'Union européenne (UE) qu'à l'export. Si nos voisins d'outre-Rhin marquent aujourd'hui le pas, la fermeté pourrait être de mise à moyen terme.

Pour le Marché du porc breton, « le cours avait sûrement trop baissé, du fait de l'émoi et de la panique engendrés par l'embargo russe ». Si les relations entre l'UE et la Russie ne s'améliorent pas, les aléas commerciaux de la Pologne apparaissent moins pénalisants que prévu. Après la découverte de peste porcine africaine dans ce pays en février, Chine, Japon et Corée du Sud ont fermé leurs frontières. Leurs besoins de viande étant intacts, ils se tournent vers d'autres fournisseurs. Or, sur la scène internationale, le porc européen se révèle assez attractif.

Flambée des cours aux États-Unis

Les grands bassins de production mondiaux ne semblent pas en mesure de répondre à tous les besoins. Bien que compétitif, le Brésil ne peut à la fois satisfaire son marché intérieur et se développer rapidement à l'export. En parallèle, les prix flambent en Amérique du Nord. Aux États-Unis surtout, au Canada et au Mexique, la production chute suite à la propagation du virus de la diarrhée épidémique porcine. Une tendance qui pourrait s'aggraver ces prochains mois, laissant entrevoir des prix records. Dans cette hypothèse, l'UE pourrait avoir une carte à jouer. Ajoutée à cela une production communautaire annoncée mesurée voire en repli, des prix fermes ne sont pas à exclure à moyen terme.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Jean-Luc Perrot, directeur de Valorial. © Valorial
« Viser à la définition de produits sains, bons et pas chers est un bon défi »

Les Marchés Hebdo : De votre place, observez-vous des signes d’un changement de…

 © DR
Tereos se redresse depuis juin

Le groupe sucrier Tereos, qui a vu ses ventes reculer de 4 % au premier trimestre de son exercice décalé 2020/2021 du…

Bonduelle sauve son année malgré la fermeture de la restauration

Les ventes du groupe Bonduelle ont progressé de 2,8 % lors de son exercice 2019-2020, malgré un trimestre en repli en…

 © Nielsen
Vrac : des achats entre parenthèses pendant le confinement

Les produits en vrac ont été fortement affecté par la crise sanitaire avec des achats en net recul pendant la période de…

L’activité d’Elior quasiment divisée par deux d’avril à juin

Le groupe de restauration collective Elior a vu son chiffre d'affaires chuter de près de moitié au troisième trimestre de…

Foodtech : ce qui attire le capital

« Qui parle d’une crise dans le financement de startups de la foodtech ? », interroge DigitalFoodLab dans sa dernière…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio