Aller au contenu principal
Font Size

Savoie lactée relocalise le lactosérum

Neuf coopératives de Savoie ont inauguré début octobre une unité de traitement du lactosérum. Objectif : valoriser le petit lait à Albertville en produisant des poudres à haute valeur ajoutée mais aussi du beurre, de la ricotte et de l'énergie.

 

«Malgré la réussite du fromage de Beaufort, on ne peut plus négliger la valorisation du petit lait et de ses protéines. » Au moment d'inaugurer l'unité de traitement du lactosérum d'Albertville (Savoie),Yvon Brochet, président de l'Union des producteurs de beaufort, ne cachait pas sa satisfaction de voir aboutir un projet porté depuis cinq ans. « En relocalisant la transformation, nous économisons 800000 kilomètres par an en camion », s'est félicité celui qui souhaite que le lactosérum devienne un produit à part entière, une source de revenu pour les producteurs savoyards tout en créant localement dix emplois. Précédemment, le lactosérum était envoyé à Lactosérum France à Verdun (Meuse).

L'usine Savoie lactée est installée sur un terrain appartenant à l'Union des producteurs de beaufort, à Albertville. Elle comprend un atelier de fabrication de poudres de lactosérum, une beurrerie et un atelier de fabrication de ricotte. Dès sa conception, le projet a pris en compte les enjeux environnementaux. L'usine est couplée à une unité de méthanisation qui transforme les déchets en biogaz riche en méthane, valorisé sous forme d'électricité revendue à EDF et d'eau chaude réutilisée par l'usine. Un traitement épuratoire mis en oeuvre par la société Valbio permet de rejeter l'eau épurée dans l'Isère. L'implantation en zone urbaine exigeant de travailler sans odeur et sans bruit, l'entreprise a isolé phoniquement tous les moteurs et mis en dépression toutes les zones susceptibles de produire des nuisances olfactives.

 

500 TONNES DE POUDRES

Les fabrications ont démarré en juin. Le volume annuel à traiter est de 52 millions de litres de petit lait, soit une production laitière d'environ 60 millions de litres de lait ou encore 60 % du lait produit en Savoie et la totalité du lait traité par des coopératives en gestion directe. Un litre de lait génère environ 9 litres de lactosérum. L'objectif est de fabriquer 500 tonnes de poudres de lactosérum dont la valorisation dépendra de la qualité et des marchés des protéines, 300 tonnes de beurre pour un chiffre d'affaires de 1 à 1,2 million d'euros et 40 tonnes de ricotte. Quant à l'électricité, elle génère un chiffre d'affaires de 500 000 euros par an correspondant à 3,2 millions de kWh. Le lactosérum, collecté tous les deux ou trois jours dans les coopératives, parvient à raison de six à neuf camions par jour à Savoie lactée où il est stocké dans des cuves de réception (quatre cuves de 50 000 litres et deux cuves de 20000 litres) et refroidi à température à 5 ou 6 °C. En fonction de la demande du marché, il est dirigé vers l'atelier ricotte ou vers l'atelier poudres. Sur la voie « poudres », le lactosérum est pasteurisé et écrémé. Dans l'atelier beurre, la crème est barattée, « un choix stratégique de qualité » pour Yvon Brochet, en vue d'être vendue « avec le même papier beurre de baratte Notre montagne », un autre choix stratégique. La fabrication des poudres de lactosérum bénéficie des mêmes solutions industrielles que des unités de plus grande taille : ultrafiltration, séchage, automatisation et traçabilité du procédé avec un souci permanent d'économie d'eau et d'énergie. « En jouant la carte de la méthanisation en fin de process, Savoie lactée a trouvé un modèle économique intéressant pour une unité de taille inférieure à ce que l'on rencontre habituellement », souligne Christel Casasnovas, responsable des activités fromageries et séchage chez Tétra Pak.

 

STRATÉGIE

Pour réaliser cet investissement et donner à l'outil une taille suffisante, les sept coopératives de l'Union des producteurs de beaufort installées dans les vallées du Beaufortin, de la Maurienne et de la Tarentaise se sont alliées aux coopératives de Yenne et d'Entremont, productrices de fromages savoyards. Taillée pour traiter environ 52000 tonnes de lactosérum, l'usine de Savoie lactée a « tout d'une grande » et bénéficie des dernières avancées technologiques.

 

CHIFFRES CLÉS

o Implantation en milieu urbain

o Capacité de traitement : 52000 t de lactosérum par an

o Capacité de production de poudres: 500 t

o Capacité de production de beurre: 300 t o Capacité de production de ricotte : 40 t

o Effectif : 10 personnes

o Investissement : 13 millions d'euros, dont 1 million d'autofinancement et 2,5 millions de subventions

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Philippe Palazzi
Philippe Palazzi va prendre la direction de Lactalis

Le groupe Lactalis prépare la succession de Daniel Jaouen, 56 ans, son directeur général depuis 2009. Selon Ouest France, ce…

Gaec Beau Soleil à Longes.
Les yaourts Né d’une seule ferme arrivent dans une centaine d’Intermarché

Les premiers yaourts de la start-up Né d’une seule ferme sont arrivés dans une centaine de points de vente Intermarché…

Sodiaal publie son premier rapport annuel intégré

En 2019, le groupe Sodiaal (17 714 adhérents, 8643 salariés, 70 sites de production) a collecté 4,7 milliards de litres…

Damien Lacombe, président de La Coopération laitière.
Coopératives laitières : l’enjeu crucial des négociations sur les MDD

Après plus de 80 jours de confinement qui ont engendré « un lourd tribut économique pour les coopératives laitières…

 © DR
Lait : prix en forte baisse aux États-Unis et en Nouvelle-Zélande

Le prix du lait payé aux producteurs américains et néozélandais est en chute libre, selon Jean-Marc Chaumet, économiste à…

APLBC aide les éleveurs laitiers de la Meuse et les Banques alimentaires

L’Association des producteurs de lait du bassin Centre (APLBC) annonce avoir « versé 20 000 euros aux 700 éleveurs de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio