Aller au contenu principal
Font Size

Retour de l'offre et demande mitigée

Si les prix des porcs semblent proches d'un niveau plancher, rien ne permet d'affirmer qu'une reprise aura lieu d'ici peu. De quoi laisser les opérateurs sous pression.

La cotation allemande – cours directeur de l'Europe – a été reconduite le 7 octobre. Si ce statu quo est de bon augure pour les opérateurs européens, nul n'ose affirmer que les prix ont atteint leur plancher, tant l'équilibre du marché communautaire est précaire. La demande en viande est mitigée. Si la parité euro/dollar et des prix élevés outre-Atlantique laissent espérer des opportunités à l'export pour l'UE, l'embargo russe persiste, et la consommation européenne s'avère correcte, sans plus. En parallèle, la production augmente. Selon le Marché du porc breton (MPB), en août et septembre, les abattages ont grimpé de 3,6 % en Allemagne et de 7,7 % aux Pays-Bas, tandis que la baisse a ralenti en France (-0,2 % contre - 1,55 % en cumul de janvier à juillet) et au Danemark (-1,1 % contre - 2,82 %). Le retour de l'offre devrait se confirmer ces prochains mois. En avril, les effectifs de truies saillies ont augmenté de 0,8 % dans l'UE, dont +5 % en Espagne, +2 % en Allemagne et +1,5 % au Danemark. Une hausse des volumes, qui n'est « pas forcément la bienvenue compte tenu de l'embargo russe et des besoins mitigés en Chine », souligne-t-on au MPB.

Aucune amélioration des trésoreries

Ce climat ne plaide pas pour une rapide reprise des cours. Celle-ci devient pourtant urgente. En France, les marges des industriels se dégradent et les trésoreries des éleveurs sont exsangues. Le prix de revient d'un porc charcutier a certes reculé suite au repli des prix de l'aliment. Mais entre 1,50 et 1,55 euro le kg fin septembre, il dépassait largement le prix payé à l'éleveur, à moins de 1,38 euro le kg.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Jean-Luc Perrot, directeur de Valorial. © Valorial
« Viser à la définition de produits sains, bons et pas chers est un bon défi »

Les Marchés Hebdo : De votre place, observez-vous des signes d’un changement de…

 © DR
Tereos se redresse depuis juin

Le groupe sucrier Tereos, qui a vu ses ventes reculer de 4 % au premier trimestre de son exercice décalé 2020/2021 du…

 © Nielsen
Vrac : des achats entre parenthèses pendant le confinement

Les produits en vrac ont été fortement affecté par la crise sanitaire avec des achats en net recul pendant la période de…

Bonduelle sauve son année malgré la fermeture de la restauration

Les ventes du groupe Bonduelle ont progressé de 2,8 % lors de son exercice 2019-2020, malgré un trimestre en repli en…

L’activité d’Elior quasiment divisée par deux d’avril à juin

Le groupe de restauration collective Elior a vu son chiffre d'affaires chuter de près de moitié au troisième trimestre de…

Foodtech : ce qui attire le capital

« Qui parle d’une crise dans le financement de startups de la foodtech ? », interroge DigitalFoodLab dans sa dernière…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio