Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Retour de la volatilité sur le marché

Le différend entre l'Ukraine et la Russie, deux pays exportateurs majeurs mondiaux de céréales, a signé le retour de la volatilité sur le marché des céréales. L'inconstance des cours n'exclut pas un fond de fermeté dû à la forte activité d'export de l'UE.

Période du 6 au 11 mars. D'ordinaire, l'attente du rapport USDA crée, dans les jours qui précèdent sa parution, une stagnation des cours. Cela n'aura pas été le cas, cette semaine avec une conjoncture chahutée par les évènements géopolitiques. Évènements plus influents que ce que l'on pouvait attendre des ajustements apportés par le département à l'Agriculture américain à son précédent rapport, du moins en ce qui concerne les céréales, les principales modifications concernant les oléagineux. Pour le blé, le rapport a très peu révisé ses prévisions antérieures, si ce n'est une augmentation de 1,5 million de tonnes (Mt) des exportations de l'UE, portées à 29 Mt. Le stock mondial de maïs est annoncé en hausse de 1,2 Mt, à 158,5 Mt, mais le report américain est abaissé de 600000 tonnes (t), à 158,5 Mt, ce qui ne modifie pas fondamentalement la situation.

À Chicago, le contrat blé clôturait en baisse lundi, de 10,25 cents au boisseau et le maïs, de 13,25 cents, sous l'influence de prises de bénéfices, après les fortes hausses de ces derniers jours. Le contrat blé, échéance mars, sur Euronext perdait lundi, 6,75 €, à 208,50 €, confirmant ainsi le retour à la volatilité née des évènements russo-ukrainiens, même si, jusqu'à présent, les exportations de ces deux pays n'ont pas été particulièrement affectées.

Écarts de 7 euros, d'un jour à l'autre sur Euronext

Euronext connaît aussi cette volatilité (qui n'apparaît pas dans le graphique ci-dessus) avec des écarts moyens de l'ordre de 7 €, d'un jour à l'autre ; ainsi, le 10 mars, le contrat sur mars, clôturait à 208,50 €, au même prix que la semaine précédente, mais après avoir atteint 215,25 €, le 7 mars. Le marché physique fluctue dans de moindres proportions, mais le retour à des prix supérieurs à 200 €, rendu Rouen, a débloqué les livraisons des agriculteurs aux OS et de ces derniers aux exportateurs. L'activité en portuaire a donc été forte et le Conseil céréales de FranceAgriMer qui se réunit le 12 mars devrait annoncer d'importants chargements en février.

Le maïs participe à la volatilité et à la fermeté générale dans un marché où les incertitudes du différend russo-ukrainien prennent une place particulière dans l'orientation du marché européen. Pour le moment, l'Ukraine a pu honorer ses engagements de ventes à ses acheteurs, européens notamment, mais la hausse des prix locaux redonne quelques opportunités au maïs français tant en portuaire que sur le marché intérieur et nord communautaire, à destination des fabricants d'aliment du bétail et des amidonniers.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Evolution des cours des principales céréales
L’épidémie de coronavirus fait chuter les cours du blé tendre
Le blé tendre français cumule les éléments baissiers – recul des bourses mondiales et chute des cours du pétrole, sur fond d’…
L’essor de Covid-19 entraîne un nouveau recul des cours
Dans un contexte de crainte de récession de l’économie touchée par le coronavirus, le blé tendre limite les pertes pour le moment…
Evolution des cours du colza
Hausse des cours du colza, dans le sillage du soja
La Chine a de nouveau commandé du soja en provenance des États-Unis, et des restrictions logistiques sont observées dans les…
Chicago : le blé au plus haut

Le cours du blé coté à Chicago a atteint mercredi son plus haut depuis fin janvier alors que la demande nationale et…

 © Max Havelaar
Le cacao sombre

Le cacao a été malmené sur les marchés cette semaine, les investisseurs s’interrogeant sur le déséquilibre généré par une…

 © Jean Nantueil
Chicago : repli en panique autour du coronavirus

Le marché agricole a suivi la même tendance qu’à Wall Street, lourdement lesté par l’incertitude ambiante face au…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio