Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Repli des abattages en 2013

Les abattages hexagonaux de gros bovins finis ont confirmé l'an dernier leur mouvement de baisse opéré en 2012, excepté en jeune bovin.

Conséquence de la décapitalisation du cheptel de femelles laitières et allaitantes les années précédentes, et de la rétention de vaches laitières sur les exploitations pour renforcer la production de lait, les abattages de vaches (1 667 100 têtes en cumul sur un an) et de génisses (437 200 têtes) ont perdu respectivement 9,7 % et 7,2 % en têtes l'an dernier, d'après les estimations de FranceAgriMer. Plus prononcée en bœuf, la baisse des abattages approche les 11 % (à 180 200 têtes), en raison de la fermeture d'ateliers d'engraissement ou de leur réorientation, notamment vers le jeune bovin (JB).

Hausse des abattages en jeune bovin

Atteignant 1 064 900 têtes, les abattages de JB ont, en revanche, augmenté de 78 500 têtes (+8 %) en 2013. En cause, un recul des exportations de bovins mâles finis, ayant conduit au renforcement de leurs effectifs sur les marchés hexagonaux. La concurrence d'autres origines en Tunisie et au Liban, le fléchissement de la demande en Italie, et surtout, l'absence d'exportations vers le marché turc (qui représentaient 60 % des envois en 2012) ont entraîné un déficit des expéditions de gros bovins mâles finis de 79 100 têtes. Malgré ce contexte de contraction des abattages de gros bovins, les prix des JB n'ont que modestement progressé en 2013 (+1,1 % pour le R3), alors qu'ils ont grimpé de 7,7 % en moyenne pour l'ensemble des catégories. Pour l'année 2014, une nouvelle hausse des abattages de JB est prévue, tandis qu'en femelle, la filière s'attend à une reprise, en particulier en réforme allaitante. En revanche, la baisse pourrait persister en bœuf.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les denrées de la régie agricole sont en partie surgelées dans l'unité de transformation de la ville.
[Coronavirus] Comment la ville de Mouans-Sartoux s’adapte

Souvent citée en exemple pour son organisation en matière de restauration collective bio, la petite ville de Mouans-…

Les chaînes et groupes de restauration génèrent 36 % du chiffre d’affaires de la RHD. © Patrick Cronenberger
Une tendance structurelle à la hausse, en dehors du Covid-19
En croissance continue ces dernières années, le marché de la consommation hors domicile a récemment vu de nouveaux acteurs se…
Christophe Hardy, dirigeant de Cheville 35 et SocoDN. © DR
Cheville 35 : « ce jeudi matin, les ventes se sont fortement ralenties »
Grossiste en viandes, Christophe Hardy a perdu une partie de son activité. Il continue de fournir les détaillants grâce à une…
Les achats de produits responsables

D’après le Baromètre de la transition alimentaire 2019, sondage Opinion Way réalisé pour Max Hevelaar France, le secteur…

119 millions de dollars pour aider Cuba face au changement climatique

Le Comité de direction du Fonds vert pour le climat a approuvé hier le financement à hauteur de 119 millions de dollars d…

Philippe Villevalois, directeur de l'Ifria Centre-Val de Loire. © DR
Ifria Centre

Philippe Villevalois, délégué général de l’association régionale des entreprises agroalimentaires du…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio