Aller au contenu principal

Relance saisonnière sur le marché porcin

Le cours du porc a enfin connu un réveil significatif, qui intervient plus tôt que l’an dernier. Un calendrier plus favorable, mais surtout une offre en production limitée ont contribué aux hausses à travers l’Union.

Après le veau de la Pentecôte, c’est au porc d’être à l’honneur. Dès cette semaine débute la campagne de promotion « Le porc j’adore ». Lancée par INAPORC avec le concours de l’Ofival, cette opération se prolongera en semaine 25.

Avec l’arrivée de l’été, on enregistre déjà la reprise saisonnière, partout en Europe. En quatre séances de cotation (à compter du 24 mai) au marché du porc breton, la cotation 54 TVM a progressé de 14 centimes. Cette hausse intervient plus tôt que l’an dernier, certainement en raison du creux de production accentuée par la canicule. En 2003, la reprise n’était pas intervenue avant la semaine 28, les nombreux ponts du mois de mai ayant entraîné des retards d’enlèvement. Cette année, avec un calendrier plus favorable, le cours a progressé plus rapidement, et les poids de carcasse ont atteint les 90 kg avec un mois d’avance par rapport à l’année dernière. Toutefois, compte tenu du niveau d’offre, Jean-Pierre Joly, directeur du MPB, regrettait que la hausse n’est pas été plus importante, et espérait une nouvelle revalorisation du vif cette semaine.

Lors de la semaine de la Pentecôte, amputée d’un jour d’abattage, la relance de l’activité est parue plus nette. Concentré sur 4 jours, et à la veille d’un week-end ensoleillé, le commerce s’est enfin réveillé pour les pièces de découpe, et a permis de répercuter en partie les hausses du vif. La demande s’est surtout portée sur la poitrine et la longe. En revanche, la conjoncture reste plus difficile en jambon et en épaule. Selon les opérateurs, cette lourdeur s’expliquerait par des importations toujours importantes de produits espagnols, plus concurrentiels en terme de prix, ainsi que par les sorties importantes de stockage privé. Au final, accroître les prix de ces pièces est plus compliqué pour les salaisonniers, d’autant plus que la pression de la grande distribution est importante…

Erosion globale de la consommation

Ce réveil de l’activité intervient après un mois d’avril morose pour la consommation de viande porcine. Selon les données Sécodip, pour les semaines 13 à 16, le recul des achats de porc frais s’est élevé à plus de 9 % par rapport à 2003, avec une hausse des prix de 4,6 %. Pour le jambon, cette baisse se limite à 3 %. L’évolution cumulée sur 52 semaines se terminant le 18 avril confirme la tendance baissière de la consommation. Les volumes achetés sont alors en recul de 5,6 % pour le porc frais, et de 2,6 % pour le jambon.

L’amélioration du marché est perceptible également chez nos voisins. Au nord, l’Allemagne et les Pays-Bas affichaient des hausses significatives. Après une stabilité lundi, le cours allemand a progressé de 5 centimes jeudi. Les Pays-Bas avaient quant à eux donné le coup d’envoi avec une hausse de 6 centimes lundi sur le marché de Montfoort. Les grands abattoirs confirmaient la tendance en fin de semaine, montant de 9 centimes les prix payés aux producteurs. La Belgique et le Danemark confirment ce mouvement de hausse.

Dans le sud, la demande s’active considérablement en Espagne, qui, selon le MPB, connaît actuellement une réelle situation de pénurie d’offre. À tel point que les abattoirs seraient contraints d’aménager leurs horaires. Au niveau du cours, cette situation se traduit par un accroissement régulier : +6 centimes la semaine dernière, et une nouvelle hausse de 3,5 centimes pour cette semaine.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Au 1er janvier 2022, chaque élevage devra se doter d'un référent bien-être animal
Le journal officiel du 29 décembre institue la désignation d’un responsable du bien-être animal dans chaque élevage d’animaux de…
Prix du beurre : les professionnels de la BVP appellent à l’aide
Les professionnels de la boulangerie-viennoiserie-pâtisserie alertent sur l’explosion du prix du beurre et des difficultés d’…
La Coopération laitière fait le point sur les coopératives laitières françaises.
Prix du lait : La FNPL dénonce les pratiques "illégales" de Sodiaal
La FNPL dénonce dans une lettre ouverte la pratique illégale du groupe Sodiaal de pratiquer un correctif sur le prix du lait lié…
Volaille : repli des coûts de l’aliment en décembre 
Volaille : repli des coûts de l’aliment en décembre 
La baisse du maïs temporise les hausses en blé et soja.
Siège social de Cooperl. © Cooperl
Porc : Cooperl étend ses unités de transformation
L’entreprise mexicaine Sigma, propriétaire du groupe Campofrio en Espagne a cédé deux entreprises de transformation de viande à…
Un couple d’éleveurs va créer un abattoir de bovins bio à la ferme
Kathleen et Michel Bremont ont obtenu une aide de l’Europe et de la région Normandie pour financer près du tiers de leur projet d…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio