Aller au contenu principal

Rachat d'Omira - Une première en Allemagne pour Lactalis

Lactalis prend pour la première fois industriellement pied en Allemagne. Le groupe français acquiert une coopérative Omira exsangue dont les fabrications sont orientées vers les produits industriels, frais et délactosés.

Omira était au pied du mur. La coopérative presque nonagénaire du Sud de l’Allemagne avait passé une année 2012 très difficile, se soldant par une perte de 15 millions d’euros. Elle n’avait jamais vraiment récupéré depuis, se contentant d’un taux de rentabilité s’établissant entre 0,7 et 0,1%, sur fond de baisse progressive des volumes transformés de 1 115 milliards de litres en 2012 à 822 milliards de litres en 2016 et d’un effondrement de son chiffre d’affaires de 627 millions d’euros à 420 millions d’euros sur la même période. La situation s’est tendue à l’extrême durant l’été 2016. En cause, le poids des commodités industrielles dans le mix produit. Pour un tiers de produits frais, l’entreprise fabrique deux tiers de poudres de lait, soit près de 60 000 tonnes en 2014. « Les stocks de poudre mis à l’intervention ont pesé sur les cours et les résultats de la coopérative », explique le communiqué d’Omira, qui annonce l’accord de partenariat trouvé avec Lactalis. En d’autres termes, la valorisation n’a pas suivi pour pouvoir accrocher le prix moyen payé par les autres acteurs de la filière dans le Sud du pays. En 2016, les 2 419 producteurs d’Omira ont touché en moyenne 277 euros pour 1 000 litres, soit 298 euros en montagne et 255 euros en plaine. Ce niveau de prix reste 12 euros sous la moyenne des 289 euros réglés en Bavière sur l’année. L’écart monte jusqu’à 34 euros pour le lait ramassé en plaine. Ce contexte avait déjà motivé le départ de producteurs chez Schwarzwaldmilch, à Fribourg, et d’autres menaçaient de les imiter.

97,8 % DE VOTES FAVORABLES À LACTALIS

Lactalis était, semble-t-il, le seul candidat à la reprise à vouloir conserver et développer les deux sites d’Omira à Ravensburg (beurre, matières grasses butyriques et poudre) au nord du lac de Constance, et à Neuburg (yaourt et fromages frais) au nord de Münich. Le 22 juin, 75 % des votes des délégués à l’assemblée générale étaient nécessaires pour que le schéma de reprise proposé par Lactalis s’impose. Il a recueilli une majorité de 97,8 %. Le montage s’inspire de ceux qui ont déjà permis la reprise d’autres sociétés par le passé. Omira va demeurer comme coopérative de collecte après avoir transféré ses actifs et ses dettes dans une nouvelle société, Omira Industrie GmbH, qui occupe l’essentiel des 650 salariés actuels de l’entreprise. Lactalis devrait en prendre le contrôle le 1er septembre à condition que l’office des cartels, qui va étudier le dossier, donne son feu vert courant août.

La presse allemande chiffre le coût de la reprise à 27 millions d’euros pour Lactalis. L’industriel français s’engage à rembourser le capital social, qui atteint 23 millions d’euros, à ceux qui le demanderaient. Il garantit surtout aux producteurs de payer, jusqu’en 2027, 800 milliards de litres par an à un prix au moins égal à la moyenne des prix réglés en Bavière, l’éventuel surplus étant payé sur la base du prix moyen allemand de l’année, en général 20 euros pour 1 000 litres moins élevé que le prix d’Allemagne du Sud. En cumul avec les primes de volume de 0,55 à 1,5 cent par kilo, de lait de montagne de 0,92 cent par kilo et de lait non OGM, le prix final promis s’annonce donc supérieur à cette moyenne. Dans la zone de collecte d’Omira, Lactalis peut compter sur une bonne structure de production organisée autour de six coopératives et de 78 groupements de producteurs de taille très variable, toutefois sans bio puisque Omira a abandonné ce créneau en 2010. La laiterie dispose de certificats pour produire kasher et halal. Ces dernières années, elle a surtout fait porter ses efforts sur la mise au point d’une gamme complète de produits délactosés à moins de 0,1 gramme de lactose pour 100 grammes. Avec sa marque MinusL, Omira revendique une place de leader sur le marché allemand.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Elodie Macariou, chef de produit senior et coordinatrice de la démarche RSE chez Lactalis Ingredients. © DR
Un outil pour garder et gagner des parts de marché
Lactalis Ingredients a publié cette année son premier rapport RSE. Cette démarche, organisée autour de trois piliers, permet à l’…
Avec cette opération, Lactalis reprend 750 salariés et trois sites industriels dans les états de Californie, New York et Wisconsin. © Google street view
USA : Lactalis achète les fromages naturels de Kraft Heinz

Le groupe Lactalis (20 Mds€ de CA en 2019) a annoncé hier un accord avec le groupe Kraft Heinz pour le rachat de ses…

Francisco Camacho, directeur général produits laitiers et d'origine végétale international du groupe Danone.
Francisco Camacho quitte le groupe Danone

Après 20 ans passés dans le groupe, Francisco Camacho, directeur général produits laitiers et d’origine végétale…

Roquefort et Bleu de brebis de Société peuvent coexister

La Confédération générale de Roquefort, ODG de l’AOP Roquefort, a affirmé hier soir dans un communiqué reconnaître «…

Bruno Dufayet, président de la commission enjeux sociétaux d’Interbev. © DR
Coalition contre l'exclusivité des dénominations animales
Des industriels et associations forment une coalition pour contester la réservation des dénominations carnées et laitières aux…
Danone débarque au rayon traiteur frais

La marque Danone se diversifie avec l’annonce ce matin de son arrivée au rayon traiteur frais avec sa toute première…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio