Aller au contenu principal

Porc : retour au dessus de l’euro...

Après de longues semaines de surproduction, la tendance semble s’être soudainement inversée depuis la fin janvier. L’approvisionnement des abattoirs est tendu, et les prix remontent. Le cours 54 TVM a enfin dépassé le stade de l’euro jeudi dernier. 

Le cours du porc a enfin entamé une tendance haussière depuis la fin du mois de janvier.

Jeudi dernier, il est finalement repassé au-dessus du seuil de l’euro, pour s’établir à 1,034 euro/kg. Le marché en production est actuellement très fluide. La semaine dernière, même si le niveau d’abattage est particulièrement faible (385 000 porcs environ, soit le plus bas niveau depuis septembre), le poids de carcasse a continué de baisser (il se situe maintenant à 91 kg environ), ce qui démontre la bonne fluidité du marché.

Selon le MPB, les annonces pour les jours à venir sont très modérées, alors que le calendrier ne permet pas d’affirmer que la réduction de l’offre soit déjà la conséquence de la canicule.

En découpe, la demande est bonne, malgré le début des vacances d’hiver. Les prix sont eux aussi en nette progression. L’épaule et la longe ont connu une réévaluation importante, ce qui est certainement un effet positif des restitutions qui se prolongeront jusqu’à la fin du mois d’avril. Le jambon suit la tendance, de façon moins marquée.

Pourtant, si l’on se fie aux derniers chiffres Sécodip, la consommation ne semble pas vouloir reprendre. Le mois de janvier a été très actif par rapport aux périodes précédentes, mais la consommation des ménages aurait reculé de 9 % par rapport à la même période en 2003 (les prix étaient quant à eux en progression de 4,5 % par rapport à janvier 2003). En cumul annuel mobile (sur les 52 dernières semaines, jusqu’au 25 janvier), la consommation de porc frais est en baisse de 5,8 %, et celle de jambon de 2,1 %.

Menaces sur le marché russe

La Fédération de Russie menace de fermer ses frontières au 1er mai 2004 si l’UE est incapable à cette date de fournir un certificat sanitaire unique pour l’ensemble des pays adhérents, ce qui semble difficile aujourd’hui à obtenir…

Cette mesure viendrait en contre-coup de la mise en place de quotas d’importation (particulièrement pour les céréales) pour les produits russes traditionnellement destinés aux PECO qui entreront à cette période dans l’UE, et qui entraîneraient un manque à gagner très important pour la Russie.

Des discussions entre la Russie et l’UE se sont tenues en toute fin de semaine dernière en Russie, et elles devraient se prolonger dans les semaines à venir. Il faut maintenant espérer qu’elles aboutiront à un accord de meilleur augure. En 2003, les exportations vers la Russie ont représenté 11 % des échanges français avec les pays tiers (9 800 tec), mais beaucoup d’exportateurs espèrent encore reconquérir des parts sur ce marché qui représentait en 107 800 tec en 1999… Au niveau de l’UE, 281 000 tec de viandes ont été expédiées vers la Russie en 2002, selon l’Ofival.

Hausse prévue du prix du vif en 2004

Le bilan annuel de l’Ofival -établi avant l’épidémie de grippe aviaire qui pourrait ouvrir de nouvelles perspectives d’exportation - prévoyait une hausse de cours à partir de mars. Cette hausse serait plus ou moins significative selon l’importance du repli de la production. En France le repli est estimé à 0,7 % et devrait être plus marqué au 2e trimestre. Pour toute l’UE, il devrait se situer à - 1 % environ. Il sera atténué par la remise sur le marché d’une partie de quantités stockées (93 076 t jusqu’au 29 janvier, dont 67 354 t pour une durée de 6 mois) en début d’année.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Cooperl reprend l’ancien abattoir GAD
Cooperl Arc Atlantique (Lamballe, Côtes d’Armor) a annoncé vendredi soir 2 avril la signature d’un accord par lequel il se porte…
Du Simplement bon au Bio le responsable, Fleury Michon déploie une série d'arguments répondant à toutes les attentes. © Fleury Michon
Jambon : Fleury Michon revoit sa segmentation pour détrôner Herta
Le prix, le goût et l’engagement sociétal sont les trois attentes saillantes de consommateurs de jambon, selon la nouvelle équipe…
Bernard Boutboul, président de Gira Conseil, s'attend à une ruée dans les restaurants pour leur réouverture. © Adrien Olichon sur Unsplash
Perspectives optimistes pour la restauration post-Covid
Les derniers mois ont été éprouvants pour la restauration, mais le secteur n’a pas autant reculé qu’on aurait pu le craindre,…
La France possède les plus grandes surfaces de légumes secs bio dans le monde

Avec près de 131 070 hectares de surfaces de légumes secs cultivées en agriculture biologique en 2019, la France se hisse à la…

Le grossiste bio Relais Vert ouvre un nouvel atelier de conditionnement
Relais Vert poursuit sa croissance avec l’ouverture de Bilodev, un nouvel atelier de conditionnement 100% dédié aux produits…
Avril veut vendre les oeufs Matines et ses activités de transformation animale
Portant de nouvelles ambitions, notamment vers les protéines végétales, le groupe Avril annonce vouloir céder les œufs Matines et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio