Aller au contenu principal

Point de non-retour

Les négociations 2017 commencent et tout laisse à penser qu’elles s’amorcent sur la même lignée que les années précédentes, avec des discussions âpres et très tendues dans les box jusqu’au 28 février, voire au-delà. Et ce, malgré les quelques aménagements qu’apportera très tardivement la loi Sapin 2. En dépit des grands discours, aucune enseigne n’a l’air de vouloir lâcher sur les prix, pour preuves le retour en force des prospectus avec la bataille redoublée des promotions depuis la rentrée de septembre. Les élections présidentielles, intervenant après la remise du rapport commandé par Emmanuel Macron sur la LME, seront sûrement l’occasion de remettre sur le tapis l’idée d’une nouvelle loi encadrant les relations commerciales… Et d’ouvrir à nouveau la boîte de Pandore. Mais d’ici là, les négociations annuelles ne doivent pas une nouvelle fois se révéler pires que celles de l’année précédente, au risque de laisser des traces irrémédiables dans le tissu agroalimentaire français. Comme le rappelle le bilan des défaillances d’entreprises 2016 de Groupama Assurance-Crédit, publié la semaine dernière, « la filière alimentaire affiche son niveau de marge le plus faible depuis les années 1970. […] Le niveau d’investissement des entreprises du secteur est au plus bas depuis plus de cinq ans ». La volatilité des cours des produits agricoles ajoutée à la pression de la grande distribution fragilise les entreprises. Après avoir longtemps résisté, le secteur agroalimentaire voit son taux de défaillances progresser depuis 2012. Il s’est stabilisé l’an dernier à 2,18 % (contre 1,85 % pour l’ensemble de l’industrie). Pour les IAA (hors grossistes et distributeurs), ce taux atteint même 2,6 %. Le travail du grain, les viandes et les produits laitiers sont les plus affectés. Parmi les entreprises dont les défaillances sont intervenues en 2016, Groupama Assurance-Crédit cite de grandes entreprises comme Continentale Nutrition (95,60 M€ de CA), Groupe Copvial (62 M€), Conserverie Minerve (23,30 M€), Atlantic seafood ingredients (14,40 M€), Yabon Baby (16,20 M€). Combien d’autres devront tomber avant que cela ne change ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

vaches allaitantes
De combien va baisser la production de viande bovine en 2023 ?
L’Institut de l’élevage livre ses prévisions 2023 sur le marché de la viande bovine. Les disponibilités françaises vont rester en…
Les mauvais résultats du bio en 2022 en 7 chiffres
La FCD dresse dans sa note mensuelle un bilan négatif des ventes de produits biologiques en 2022.
Grippe aviaire : onzième foyer dans le Gers et une nouvelle suspicion
Un onzième foyer de grippe aviaire été confirmé le 22 janvier dans le département du Gers et une nouvelle suspicion était en…
Egalim 3 : le projet de loi du député Descrozaille en procédure accélérée
Le gouvernement a engagé une procédure d’examen accélérée le 21 décembre 2022 sur la proposition de loi visant à compléter Egalim…
Frédéric Chartier, président du groupement de producteurs Armor œufs depuis avril 2022.
Pourquoi Armor Œuf veut renégocier ses contrats ?
Face à la hausse des coûts de production des œufs, notamment de l’énergie, l’amont de la filière œuf est sous tension. Entretien…
Egalim 3 : la proposition de loi Descrozaille passe le cap de la commission des Affaires économiques
En commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, les députés ont adopté le projet de loi Descrozaille visant à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio