Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Où en est l'accord bilatéral avec les États-Unis ?


> Classée en produits sensibles, la viande devrait être contingentée.
Si les professionnels de la viande s'inquiètent des conséquences pour la filière française d'un accord avec les États-Unis, d'autres secteurs comme le vin l'attendent avec impatience. Petit point d'étape.

Les élections européennes bousculeront-elles le calendrier de conclusion des nombreux accords bilatéraux que l'Union européenne souhaite finaliser ? José Manuel Barroso, président de la Commission, a notamment manifesté son désir de conclure avant la fin de son mandat l'accord avec le Mercosur. L'accord avec le Canada est finalisé, même si le texte n'est pas encore publié. La viande canadienne, par exemple, va bénéficier d'un contingent d'exportation de 50 000 tonnes équivalent carcasse, selon Interbev. Reste à définir la gestion de ce contingent. Le regard des acteurs français se porte avec insistance sur les négociations en cours pour le TTIP (partenariat transatlantique de commerce et d'investissement). Un quatrième tour de négociations a eu lieu du 10 au 14 mars dernier à Bruxelles. Les négociateurs y ont abordé les questions d'accès au marché (droits de douane, services, inves-tissement et marché public) et réglementaires.

Les USA sont prêts à mettre en place des filières « bœuf » dédiées à l'exportation vers l'UE ”

5e tour de négociation du 19 au 23 mai

Les familles de produits qui ont obtenu le classement en « produits sensibles » (la viande majoritairement) devraient être encadrées par des contingents tarifaires. Un cinquième tour de négociation avec les États-Unis se tiendra du 19 au 23 mai à Arlington en Virginie. Les négociateurs traiteront de l'accès au marché pour les biens, des aspects réglementaires, sanitaires, phytosanitaires et de la propriété intellectuelle. Car au-delà du contingent, les aspects réglementaires et sanitaires sont au cœur des préoccupations de la filière française de la viande. La Commission européenne a réaffirmé qu'elle ne remettrait pas en cause la législation de sécurité sanitaire des aliments au sein de l'UE et que celle-ci ne pouvait pas donner accès au bœuf traité aux hormones. Toutefois, « un accès au bœuf sans hormones est bien prévu et les États-Unis sont prêts à mettre en place des filières dédiées à l'exportation vers l'Union européenne », précise Baptiste Buczinski, chargé des affaires européennes et économiques à Interbev.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les denrées de la régie agricole sont en partie surgelées dans l'unité de transformation de la ville.
[Coronavirus] Comment la ville de Mouans-Sartoux s’adapte

Souvent citée en exemple pour son organisation en matière de restauration collective bio, la petite ville de Mouans-…

Les chaînes et groupes de restauration génèrent 36 % du chiffre d’affaires de la RHD. © Patrick Cronenberger
Une tendance structurelle à la hausse, en dehors du Covid-19
En croissance continue ces dernières années, le marché de la consommation hors domicile a récemment vu de nouveaux acteurs se…
Christophe Hardy, dirigeant de Cheville 35 et SocoDN. © DR
Cheville 35 : « ce jeudi matin, les ventes se sont fortement ralenties »
Grossiste en viandes, Christophe Hardy a perdu une partie de son activité. Il continue de fournir les détaillants grâce à une…
Sofiprotéol participe à l’émergence d’une leader du négoce agricole breton

Sofiprotéol (filiale investissement du groupe Avril) et Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels s’engagent aux côtés…

119 millions de dollars pour aider Cuba face au changement climatique

Le Comité de direction du Fonds vert pour le climat a approuvé hier le financement à hauteur de 119 millions de dollars d…

Philippe Villevalois, directeur de l'Ifria Centre-Val de Loire. © DR
Ifria Centre

Philippe Villevalois, délégué général de l’association régionale des entreprises agroalimentaires du…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio