Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Nos poudres laitières de troisième génération intéressent


Une poudre destinée au babyfood eut contenir plus de 50 ingrédients.
Longtemps considérées comme des sous-produits de l'industrie laitière, les poudres laitières sont devenues de réels ingrédients alimentaires qui convoitent les pays émergents.

Aujourd'hui, la France est réputée pour ses connaissances autour du séchage du lait. Dans les années 50, la poudre n'était qu'une simple forme de stockage du lactosérum pour l'alimentation animale. Quelques années plus tard, des méthodes d'extraction et de séparation des molécules du lait ont été mises au point pour développer des poudres de deuxième génération. Désormais, les professionnels parlent de poudre de troisième génération, dite d'assemblage. Une poudre destinée à la nutrition infantile peut contenir plus d'une cinquan-taine d'ingrédients. « La France a une belle image sur les laits infan-tiles, car les industriels ont une technologie très propre et très sécurisée. Ils se sont donnés les moyens pour y arriver en termes de développement et de procédé », explique Pierre Schuck, ingénieur au STLO (Science et technologie du lait et de l'œuf) de l'Inra de Rennes.

Futures pistes d'amélioration

Pour ce spécialiste des poudres laitières, la France se situe dans le Top 5 des pays ayant un savoir-faire reconnu sur les poudres laitières, avec l'Irlande, les Pays-Bas, le Danemark et la Suisse. « La France a été l'un des premiers pays après la Seconde Guerre mondiale à travailler sur le séchage du lait. Des pays comme le Brésil ou la Chine s'y intéressent maintenant, et des transferts de technologie sont en cours. Nous sommes beaucoup sollicités par des entreprises françaises ou étrangères pour nos travaux de recherche », souligne Pierre Schuck. Des pistes d'amélioration sont encore possibles notamment sur le coût énergétique. « Pour les poudres basiques, on a mis au point un logiciel pour prédire le séchage et optimiser l'utilisation énergétique. Nous avons déjà 27 licences, dont sept à l'étranger. Pour les produits plus élaborés, nous travaillons sur l'écoconception pour aller vers plus de “ clean label ” avec de moins en moins de produits non-laitiers », précise Pierre Schuck. Les équipementiers ont aussi leur rôle à jouer pour améliorer les connaissances autour des boîtes noires que sont les tours de séchage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les denrées de la régie agricole sont en partie surgelées dans l'unité de transformation de la ville.
[Coronavirus] Comment la ville de Mouans-Sartoux s’adapte

Souvent citée en exemple pour son organisation en matière de restauration collective bio, la petite ville de Mouans-…

Les chaînes et groupes de restauration génèrent 36 % du chiffre d’affaires de la RHD. © Patrick Cronenberger
Une tendance structurelle à la hausse, en dehors du Covid-19
En croissance continue ces dernières années, le marché de la consommation hors domicile a récemment vu de nouveaux acteurs se…
Christophe Hardy, dirigeant de Cheville 35 et SocoDN. © DR
Cheville 35 : « ce jeudi matin, les ventes se sont fortement ralenties »
Grossiste en viandes, Christophe Hardy a perdu une partie de son activité. Il continue de fournir les détaillants grâce à une…
Sofiprotéol participe à l’émergence d’une leader du négoce agricole breton

Sofiprotéol (filiale investissement du groupe Avril) et Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels s’engagent aux côtés…

Philippe Villevalois, directeur de l'Ifria Centre-Val de Loire. © DR
Ifria Centre

Philippe Villevalois, délégué général de l’association régionale des entreprises agroalimentaires du…

119 millions de dollars pour aider Cuba face au changement climatique

Le Comité de direction du Fonds vert pour le climat a approuvé hier le financement à hauteur de 119 millions de dollars d…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio