Aller au contenu principal
Font Size

Mercadona « me permet de préserver une certaine rentabilité »


> Marc Senoble, président-directeur général du groupe Senoble.
Le groupe laitier français Senoble est associé à Mercadona, enseigne espagnole, depuis 1998. Marc Senoble revient pour Les Marchés sur ce partenariat qui semble le satisfaire.

LMH : Pourquoi vous êtes-vous associé à Mercadona il y a une dizaine d'années ?

Marc Senoble : Nous avons initié notre partenariat avec Mercadona en 1998. Et nous sommes devenus interfournisseur en 2001. Au départ, nous n'avions pas l'exclusivité, je travaillais pour d'autres. À l'époque, nouer un partenariat avec Mercadona était risqué, car il n'avait pas la part de marché qu'il a actuellement. Nous avons décidé de jouer cette carte et aujourd'hui, j'investis 60 millions d'euros dans une seconde usine pour atteindre à terme une production de 300 000 t de produits laitiers.

LMH : Mercadona est quand même connu pour sa dureté dans les négociations. Quelles différences existe-t-il avec un distributeur français ?

M. S. : Mercadona est très dur en négociations, mais il est aussi très attentif à ce que le fournisseur puisse résister à la concurrence. Je suis certes dépendant de Mercadona, mais il sait que j'ai des coûts fixes et que j'investis en R&D, en marketing. Il le prend en compte dans la négociation. Il me permet de préserver une certaine rentabilité. Chapeau bas au modèle. Il préserve le commerce. J'attendais le même type de modèle en France mais il n'est jamais venu. Le discours idéologique sur le prix l'a emporté sur tout en France, c'est le problème.

LMH : La guerre des prix existe aussi en Espagne. Comment la vivez-vous ?

M. S. : Cette année, la guerre des prix a été féroce en Espagne. Mercadona baisse les prix, mais on peut jouer sur d'autres paramètres pour préserver notre rentabilité. On travaille ensemble, car il n'y a pas de chantage sur la baisse des volumes. J'ai investi pour eux donc ils ne tiennent pas à me mettre en difficulté. Nous travaillons ensemble pour prendre des parts de marché à Dia, alors que celui-ci met en concurrence plusieurs fournisseurs et utilise, comme d'autres, les menaces de déréférencement. Mercadona s'appuie sur l'expertise des industriels.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Jean-Luc Perrot, directeur de Valorial. © Valorial
« Viser à la définition de produits sains, bons et pas chers est un bon défi »

Les Marchés Hebdo : De votre place, observez-vous des signes d’un changement de…

 © DR
Tereos se redresse depuis juin

Le groupe sucrier Tereos, qui a vu ses ventes reculer de 4 % au premier trimestre de son exercice décalé 2020/2021 du…

 © Nielsen
Vrac : des achats entre parenthèses pendant le confinement

Les produits en vrac ont été fortement affecté par la crise sanitaire avec des achats en net recul pendant la période de…

Bonduelle sauve son année malgré la fermeture de la restauration

Les ventes du groupe Bonduelle ont progressé de 2,8 % lors de son exercice 2019-2020, malgré un trimestre en repli en…

L’activité d’Elior quasiment divisée par deux d’avril à juin

Le groupe de restauration collective Elior a vu son chiffre d'affaires chuter de près de moitié au troisième trimestre de…

Foodtech : ce qui attire le capital

« Qui parle d’une crise dans le financement de startups de la foodtech ? », interroge DigitalFoodLab dans sa dernière…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio