Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Meralliance va produire des saumons français, à terre


Gilles Charpentier, président-directeur général de Meralliance.
La PME bretonne, déjà engagée dans la protection des espèces sauvages, posera à la fin de l'année la première pierre d'un élevage de saumons en « circuit court ».

ÀQuimper, le leader français du saumon fumé travaille sur sa démarche pêche responsable depuis 2009. L'entreprise a d'abord obtenu le label MSC (Marine Stewardship Council) pour les poissons sauvages, puis a développé son propre référentiel. « Pour nous, le label MSC n'allait pas assez loin, explique Gilles Charpentier, PDG de Meralliance. Il n'y a rien sur la toxicologie, les méthodes de conservation à bord ou encore le lieu de pêche. » La société a donc développé sa propre charte « pêche responsable » et est contrôlée par la société d'audit Bureau Veritas. Concernant l'élevage, Meralliance posera à la fin de l'année la première pierre de sa ferme de saumons à terre à Tréffiagat, près du Guilvinec. « Nous allons élever les saumons dans des cuves d'eau de mer. Cela fait trois ans que nous travaillons sur ce sujet et pour nous c'est une approche plus responsable de l'élevage, avec un saumon français, en circuit court et nourri avec des protéines marines issues des ports de pêches alentour », relate le directeur. Le projet est en cours de financement. Une première phase d'investissement de 2,5 millions d'euros permettra les premières productions en 2015. « Le but est d'atteindre 800 tonnes de production afin de produire un saumon prémium », précise-t-il. La technique de l'élevage en cuve est connue et déjà pratiquée pour faire grossir les petits saumons après leur naissance. Meralliance étend le procédé à l'élevage complet des animaux. « Nous avons également travaillé le bien-être des poissons. On veut mettre en place des conditions d'élevage qui permettent de consommer moins d'intrants, en diminuant les maladies », indique-t-il. Les expérimentations conduites à présent montrent que les saumons élevés dans ces conditions ont moins de besoins protéiques pour grossir. « On observe un ratio de 1,1 à 1,3 kilogramme d'aliments pour obtenir 1 kilogramme de saumon alors qu'il est plutôt habituellement aux alentours de 1,3 à 1,4. Les saumons grandissent mieux », conclut-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les denrées de la régie agricole sont en partie surgelées dans l'unité de transformation de la ville.
[Coronavirus] Comment la ville de Mouans-Sartoux s’adapte

Souvent citée en exemple pour son organisation en matière de restauration collective bio, la petite ville de Mouans-…

Les chaînes et groupes de restauration génèrent 36 % du chiffre d’affaires de la RHD. © Patrick Cronenberger
Une tendance structurelle à la hausse, en dehors du Covid-19
En croissance continue ces dernières années, le marché de la consommation hors domicile a récemment vu de nouveaux acteurs se…
Christophe Hardy, dirigeant de Cheville 35 et SocoDN. © DR
Cheville 35 : « ce jeudi matin, les ventes se sont fortement ralenties »
Grossiste en viandes, Christophe Hardy a perdu une partie de son activité. Il continue de fournir les détaillants grâce à une…
Sofiprotéol participe à l’émergence d’une leader du négoce agricole breton

Sofiprotéol (filiale investissement du groupe Avril) et Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels s’engagent aux côtés…

Philippe Villevalois, directeur de l'Ifria Centre-Val de Loire. © DR
Ifria Centre

Philippe Villevalois, délégué général de l’association régionale des entreprises agroalimentaires du…

119 millions de dollars pour aider Cuba face au changement climatique

Le Comité de direction du Fonds vert pour le climat a approuvé hier le financement à hauteur de 119 millions de dollars d…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio