Aller au contenu principal
Font Size

Meralliance va produire des saumons français, à terre


Gilles Charpentier, président-directeur général de Meralliance.
La PME bretonne, déjà engagée dans la protection des espèces sauvages, posera à la fin de l'année la première pierre d'un élevage de saumons en « circuit court ».

ÀQuimper, le leader français du saumon fumé travaille sur sa démarche pêche responsable depuis 2009. L'entreprise a d'abord obtenu le label MSC (Marine Stewardship Council) pour les poissons sauvages, puis a développé son propre référentiel. « Pour nous, le label MSC n'allait pas assez loin, explique Gilles Charpentier, PDG de Meralliance. Il n'y a rien sur la toxicologie, les méthodes de conservation à bord ou encore le lieu de pêche. » La société a donc développé sa propre charte « pêche responsable » et est contrôlée par la société d'audit Bureau Veritas. Concernant l'élevage, Meralliance posera à la fin de l'année la première pierre de sa ferme de saumons à terre à Tréffiagat, près du Guilvinec. « Nous allons élever les saumons dans des cuves d'eau de mer. Cela fait trois ans que nous travaillons sur ce sujet et pour nous c'est une approche plus responsable de l'élevage, avec un saumon français, en circuit court et nourri avec des protéines marines issues des ports de pêches alentour », relate le directeur. Le projet est en cours de financement. Une première phase d'investissement de 2,5 millions d'euros permettra les premières productions en 2015. « Le but est d'atteindre 800 tonnes de production afin de produire un saumon prémium », précise-t-il. La technique de l'élevage en cuve est connue et déjà pratiquée pour faire grossir les petits saumons après leur naissance. Meralliance étend le procédé à l'élevage complet des animaux. « Nous avons également travaillé le bien-être des poissons. On veut mettre en place des conditions d'élevage qui permettent de consommer moins d'intrants, en diminuant les maladies », indique-t-il. Les expérimentations conduites à présent montrent que les saumons élevés dans ces conditions ont moins de besoins protéiques pour grossir. « On observe un ratio de 1,1 à 1,3 kilogramme d'aliments pour obtenir 1 kilogramme de saumon alors qu'il est plutôt habituellement aux alentours de 1,3 à 1,4. Les saumons grandissent mieux », conclut-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Abattoirs : le conseil scientifique Covid-19 suggère un dépistage systématique des salariés

Le conseil scientifique français Covid-19 suggère dans un avis publié le 3 août qu’en cas d’alerte épidémiologique, les…

 © DR
Tereos se redresse depuis juin

Le groupe sucrier Tereos, qui a vu ses ventes reculer de 4 % au premier trimestre de son exercice décalé 2020/2021 du…

Les blés récoltés cette année ont de bons taux de protéines. © JC Gutner/Réussir (archive)
Moissons : les bonnes surprises d’une campagne perturbée

Alors que les grandes cultures (hormis le maïs et les orges de printemps) finissent d’être récoltées, FranceAgriMer fait…

 © DR
La consommation de produits laitiers a évolué positivement en 2019

Bien qu’il se soit poursuivi, le recul des volumes de lait conditionné achetés par les ménages français a été moins…

Bonduelle sauve son année malgré la fermeture de la restauration

Les ventes du groupe Bonduelle ont progressé de 2,8 % lors de son exercice 2019-2020, malgré un trimestre en repli en…

 © Nielsen
Vrac : des achats entre parenthèses pendant le confinement

Les produits en vrac ont été fortement affecté par la crise sanitaire avec des achats en net recul pendant la période de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio