Aller au contenu principal

L’excédent des échanges en danger

Le Salon international de l’alimentation s’ouvre le 16 octobre au parc des expositions à Villepinte et les nouvelles ne sont pas très bonnes sur le front du commerce extérieur agroalimentaire français. En juillet dernier, l’excédent des échanges reculait pour le septième mois consécutif, selon le service de statistiques du ministère de l’Agriculture, à 601 millions d’euros, en chute de 275 millions d’euros par rapport à juillet de l’année précédente. Et la tendance ne devrait pas s’inverser de sitôt. Après une moisson 2016 catastrophique, le conseil spécialisé céréales de FranceAgriMer a récemment estimé que les exportations de céréales vers l’Union européenne durant cette campagne devraient baisser de 15 % à 6,58 millions de tonnes et celles à destination des pays tiers dégringoleraient à 4,7 millions de tonnes (contre un record de 12,6 millions de tonnes l’an passé). De même dans le secteur vins et spiritueux, qui représente habituellement un poste de poids des exportations françaises. Avec une vendange 2016 en recul de 10 % par rapport à l’an passé et de 7 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années, il ne faut pas s’attendre à des hausses d’expéditions en volumes à l’étranger. Et ce, alors que les exportations de vins français ont déjà reculé de 2 % en valeur et de 3 % en volume au premier semestre 2016. Pour compenser ce manque à gagner très important au niveau du commerce extérieur agroalimentaire français, un seul moyen : pousser les produits agroalimentaires transformés à l’export. Les 10 000 IAA de l’Hexagone ont des atouts à faire valoir en dehors de leur territoire, encore faut-il qu’elles parviennent à se faire connaître et à passer outre les obstacles inhérents au commerce international. Le budget du ministère de l’Agriculture pour 2017 prévoit une enveloppe de 10,9 millions d’euros pour les actions de promotion à l’étranger. Mais est-ce réellement à la hauteur de cet enjeu de taille pour le secteur agroalimentaire mais aussi pour la France ? Un coup de pouce supplémentaire serait plus que bienvenu.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

vaches allaitantes
De combien va baisser la production de viande bovine en 2023 ?
L’Institut de l’élevage livre ses prévisions 2023 sur le marché de la viande bovine. Les disponibilités françaises vont rester en…
Les mauvais résultats du bio en 2022 en 7 chiffres
La FCD dresse dans sa note mensuelle un bilan négatif des ventes de produits biologiques en 2022.
Grippe aviaire : onzième foyer dans le Gers et une nouvelle suspicion
Un onzième foyer de grippe aviaire été confirmé le 22 janvier dans le département du Gers et une nouvelle suspicion était en…
Egalim 3 : le projet de loi du député Descrozaille en procédure accélérée
Le gouvernement a engagé une procédure d’examen accélérée le 21 décembre 2022 sur la proposition de loi visant à compléter Egalim…
Frédéric Chartier, président du groupement de producteurs Armor œufs depuis avril 2022.
Pourquoi Armor Œuf veut renégocier ses contrats ?
Face à la hausse des coûts de production des œufs, notamment de l’énergie, l’amont de la filière œuf est sous tension. Entretien…
Egalim 3 : la proposition de loi Descrozaille passe le cap de la commission des Affaires économiques
En commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, les députés ont adopté le projet de loi Descrozaille visant à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio