Aller au contenu principal
Font Size

Les marchés sous influence météorologique

Suite à une période d'activité commerciale écourtée par les fêtes de Pâques, la réouverture du marché de Chicago, lundi, a confirmé l'influence des conditions météorologiques sur les prix. Sur un marché céréalier français peu animé, le maïs résiste bien.

Période du 17 au 22 avril. La fermeture des marchés à terme de Chicago et Euronext, dès vendredi, a privé le marché de points de repère jusqu'à ce lundi 21 avril, la place américaine retrouvant son activité alors qu'Euronext s'accordait une journée supplémentaire de congé. Le marché physique, lui aussi, a pâti de ce long week-end, avec une activité réduite en blé et en orge, tant en portuaire que sur l'intérieur, les primes par rapport au Matif s'étant affichées en baisse. Le maïs, en revanche, résistait plutôt bien grâce à la consolidation de la demande des fabricants d'aliment du bétail et à un courant constant vers l'amidonnerie, cotant 168/170 euros départ E et L par camion et 175 euros, par train, à destination de l'amidonnerie. On pense aussi, à un possible essoufflement de l'offre ukrainienne (encore que les autorités de ce pays aient revu leurs estimations de stock en hausse) alors que les demandes européennes de certificats d'importation conservent un rythme élevé, atteignant, depuis le début de la campagne, 11,35 millions de tonnes (Mt) contre 9,24, l'an dernier.

Inquiétude due au manque de pluie

Les tirages de certificats d'exportation de blé conservent également un rythme élevé avec un total, depuis le début de la campagne à 24,3 millions de tonnes (Mt) contre 16,3 Mt l'an dernier. La France figurant pour 7,66 Mt contre 6,85 il y a un an. Cette modeste progression française par rapport à l'ensemble de l'Union européenne illustre la concurrence que nous imposent nos partenaires européens. Les cours du blé sur les marchés à terme ont continué d'obéir, la semaine dernière face au weather market et à l'évolution de la crise ukrainienne. S'agissant de cette dernière, elle demeure une menace mais la tension se relâche quelque peu. Pour ce qui est de l'influence des conditions climatiques sur les prix, l'ouverture du marché de Chicago, lundi, vient d'en faire une nouvelle démonstration, le retour des pluies sur la Wheat belt se traduisant par une forte baisse de 23 cents au boisseau. Euronext n'a pas encore réouvert à l'heure où nous écrivons ces lignes, mais on peut supposer qu'il s'alignera plus ou moins sur la tendance de son homologue américain. Déjà, par rapport à Euronext, les primes sur le marché physique avaient reculé. Mais, à 206 euros, rendu Rouen, les cours sur le marché de gré à gré s'affichent toujours comme les plus élevés depuis le début de la campagne, soutenus par une certaine inquiétude due au manque de pluie. Le marché de l'orge est au calme plat et, à 174 euros, rendu Rouen, représente une valeur nominale.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Le cacao souffre

Les cours du cacao ont touché la semaine dernière de bas niveaux plus vus depuis le dernier trimestre 2018, pénalisés par…

Chicago : de nouvelles prévisions météo font monter maïs et soja

Les cours du maïs et du soja cotés à Chicago ont été soutenus par de nouvelles prévisions météorologiques anticipant un…

Evolution du cours du colza Fob Moselle
Hausse des prix du colza, suivant le soja sur Chicago
Le climat est actuellement chaud et sec aux États-Unis, pénalisant le développement des cultures de soja. La hausse de l’huile de…
 © JC Gutner
La hausse de l’euro et les prévisions de surfaces russes pèsent sur les cours céréaliers

Les cours des céréales à paille françaises se sont repliés en début de semaine, dans le sillage d’Euronext, plombé par le…

Evolution des cours des principales céréales
Les craintes d’une détérioration de la récolte dopent les cours
Les opérateurs français redoutent une récolte céréalière 2020 faible en volume ce qui fait progresser les cours des céréales…
 © JC Gutner
Chicago : le blé en repli au lendemain d’une forte hausse

Le blé américain avait grimpé mercredi à son plus haut en trois mois sur fond de prévisions d’offre mondiale en baisse.…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio