Aller au contenu principal
Font Size

« Les éleveurs à l'épreuve des marges »

Thierry Roquefeuil,
président de la FNPL
Thierry Roquefeuil,
président de la FNPL
© R.d

Quels sont les messages que vous souhaitez transmettre à travers la thématique des marges retenue pour l’assemblée générale de la FNPL ?

Thierry Roquefeuil - À la FNPL, depuis de longs mois, nous faisons le constat que le marché laitier français ne fonctionne pas. D’un côté, des associations de consommateurs dénoncent la hausse des prix à la consommation des produits alimentaires. De l’autre, de trop nombreux producteurs de lait s’interrogent quant à leur avenir avec des coûts de production qui explosent. En France, les relations de la grande distribution avec ses fournisseurs ne sont pas normales malgré les lois successives qui tentent de les normaliser. Le seul rapport de force n’est pas la bonne méthode. Les producteurs de lait ne peuvent être les seuls à se serrer la ceinture. La FNPL a publié en début d’année un indicateur de charges qui permet de calculer concrètement l’incidence de cette hausse des coûts de production. En 2012, ce sont 30 euros pour 1 000 litres de coûts supplémentaires qui ont été supportés par les éleveurs laitiers. L’impact de cette augmentation importante de nos charges se limite à quelques centimes d’euros de plus sur le prix des produits laitiers. Les éleveurs ne peuvent pas comprendre que ces quelques centimes ne puissent être intégrés par l’aval de la filière laitière.

 

Quelles pistes suggérez-vous pour desserrer l’étau ?

 

Dans une lettre ouverte, J’ai demandé au président de la République, François Hollande, que la Loi de modernisation de l’économie soit rouverte, améliorée et surtout appliquée à la veille de l’ouverture du salon de l’Agriculture. J’ai été entendu. Le gouvernement a acté la nécessité du renforcement des mesures d’encadrement des relations commerciales et contractuelles.
Pour la FNPL, plusieurs évolutions sont nécessaires. Des indicateurs concernant les évolutions de charges des producteurs doivent être mis en place, et la réglementation doit imposer aux parties (transformateurs et distributeurs) une renégociation des contrats en cas de déséquilibres significatifs. On ne peut pas rester dans l’attentisme. La FNPL a choisi d’agir.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Philippe Palazzi
Philippe Palazzi va prendre la direction de Lactalis

Le groupe Lactalis prépare la succession de Daniel Jaouen, 56 ans, son directeur général depuis 2009. Selon Ouest France, ce…

Sodiaal publie son premier rapport annuel intégré

En 2019, le groupe Sodiaal (17 714 adhérents, 8643 salariés, 70 sites de production) a collecté 4,7 milliards de litres…

Philippe Delin
Le coup de gueule de Fromagerie Delin sur Facebook

Le 31 mai, à la veille de la journée mondiale du lait, Philippe Delin, président de la Fromagerie Delin, a poussé un…

Damien Lacombe, président de La Coopération laitière.
Coopératives laitières : l’enjeu crucial des négociations sur les MDD

Après plus de 80 jours de confinement qui ont engendré « un lourd tribut économique pour les coopératives laitières…

Thierry Roquefeuil, président du Cniel et de la FNPL. © TLS
Prix du lait : « ne retournons pas au monde d’avant »

Les Marchés Hebdo : Certains industriels ont annoncé une baisse du prix moyen du lait…

L'Afrique de l'Ouest craint une grave crise laitière

L'Afrique de l'Ouest craint une grave crise si les industriels laitiers européens déversent en Afrique leurs excédents…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio