Aller au contenu principal

Les 2 Vaches étend sa démarche


Christophe Audoin, directeur général de la marque Les 2 Vaches.
La marque Les 2 Vaches a établi huit critères pour mesurer et piloter le bien-être des vaches laitières depuis 2011 et en fait désormais la promotion.

Si l'agriculture biologique apporte déjà un certain nombre de garanties quant aux conditions d'élevage et de santé des animaux, Les 2 Vaches a choisi avec le soutien du CIWF France de mettre en place sa propre démarche. Depuis 2011, huit critères de mesure et de pilotage du bien-être des vaches laitières ont été établis : l'état d'engraissement ; le score de locomotion ; le taux de réforme ; le taux de mammites ; le comportement du troupeau ; l'indice de confort ; le nombre de jours au pâturage par an et l'état de propreté des vaches. Deux audits sont réalisés dans l'année sur les exploitations : l'un l'hiver, le second l'été sous forme de mise à jour, par le correspondant « lait » local de Danone. « En fonction du respect de ces critères, les producteurs ont une prime », rappelle le nouveau directeur général de la marque, Christophe Audouin, ajoutant, « nous avons voulu aller plus loin que le cahier des charges de l'agriculture biologique. » Pour l'heure, ce sont 14 producteurs dans la région de Basse-Normandie qui sont concernés par cette démarche. La marque est en train d'essayer de l'étendre aux sept autres exploitations qu'elle collecte en Haute-Normandie.

Une nouvelle publicité sur le bien-être pour octobre

En 2012, la marque se décide à communiquer sur cette thématique auprès des consommateurs via un film publicitaire. Les 2 Vaches choisit alors d'interpeller les consommateurs sur les conditions d'élevage des vaches laitières en les comparant à des poules élevées en batterie. Selon Christophe Audouin, les ventes n'ont pas augmenté davantage qu'après une publicité plus classique, mais le message a permis de construire la notoriété de la marque. « Il n'y a pas eu plus d'ef-

fets volumes sur les ventes que par rapport à nos campagnes classiques précédentes. Cela permet de construire la notoriété de la marque », indique-t-il, « et la notoriété permet de recruter de nouveaux consommateurs ».

Si début 2014, la marque a communiqué sur un autre thème, celui de l'origine des ingrédients autour de la signature « Savoir ce que l'on mange », il est prévu qu'un nouveau spot revienne en octobre sur cette thématique. Le bien-être continue d'interpeller.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L’industrie du jus de fruits sous tension

La crise de la Covid-19, qui a perturbé la cueillette et augmenté la consommation de certains jus de fruits riches en…

 © Pixabay
Nomination d'un délégué interministériel pour la filière sucre

Les betteraviers ont annoncé vendredi la nomination par le gouvernement d'un délégué interministériel de la filière …

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio