Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

L'engagement des distributeurs suisses


> 88 % des consommateurs suisses sont attentifs aux conditions d'élevage.
La Suisse rivalise avec le reste de l'Europe sur le thème du bien-être animal. Si sa législation va beaucoup plus loin dans le domaine que la réglementation de l'UE, ses principaux distributeurs Coop et Migros œuvrent aussi en la matière.

2,5 milliards d'euros, c'est ce que représente la filière labellisée bien-être animal en Suisse. Un chiffre important dû à plusieurs initiatives fédérales, interprofessionnelles et privées. La réglementation suisse va bien au-delà des exigences européennes. Elle interdit notamment de pratiquer des interventions douloureuses (castration sans anesthésie, coupe de bec ou de queue, cisaillement des dents…). La réglementation concerne toutes les espèces, alors que dans l'Union européenne, les directives font encore défaut pour les dindes, moutons, chèvres, chevreaux… Enfin, le contrôle des directives de protection animale est systématique en Suisse. Par exemple, les systèmes de détention et de stabulation vendus en série aux exploitations doivent être conformes aux normes de protection.

Coop en pointe sur la protection animale

Les principaux intervenants de la filière sont également très engagés, à l'instar du distributeur Coop qui depuis le début des années 80 travaille de concert avec les éleveurs et les associations de protection animale pour améliorer les conditions de vie des animaux. Le distributeur a créé un label spécifique baptisé Naturafarm pour le porc, le veau, le bœuf, le poulet et les œufs, et intégré au cahier des charges de ses autres labels comme Naturaplan (le label bio) des chapitres spéciaux sur le sujet.

Tous les aspects du bien-être animal sont encadrés : la place au sol ; le paillage des litières ; l'accès à un parcours de plein air ; à de l'eau ; à de la nourriture ; à un emplacement ombragé ou rafraîchi en été ; le temps de parcours des animaux de l'exploitation à l'abattoir ; la nourriture sans OGM ; le système de traitement des bêtes en cas de maladie… Le groupe mène d'ailleurs des expérimentations pilotes pour améliorer les conditions de vie des animaux. Ainsi, il teste l'engraissement des verrats sans castration ni vaccins. Coop fait également attention à ses importations. Il demande à ses fournisseurs étrangers de respecter la réglementation suisse.

Le distributeur est considéré comme exemplaire en la matière au niveau international. Ainsi, l'année dernière, il a été distingué par le Business Benchmarck on Farm Animal Welfare.

Comment le distributeur pourrait-il faire autrement ? Un sondage de 2008, montre que 88 % des consommateurs suisses sont attentifs aux conditions d'élevage lorsqu'ils achètent un produit carné.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les denrées de la régie agricole sont en partie surgelées dans l'unité de transformation de la ville.
[Coronavirus] Comment la ville de Mouans-Sartoux s’adapte

Souvent citée en exemple pour son organisation en matière de restauration collective bio, la petite ville de Mouans-…

Les chaînes et groupes de restauration génèrent 36 % du chiffre d’affaires de la RHD. © Patrick Cronenberger
Une tendance structurelle à la hausse, en dehors du Covid-19
En croissance continue ces dernières années, le marché de la consommation hors domicile a récemment vu de nouveaux acteurs se…
Christophe Hardy, dirigeant de Cheville 35 et SocoDN. © DR
Cheville 35 : « ce jeudi matin, les ventes se sont fortement ralenties »
Grossiste en viandes, Christophe Hardy a perdu une partie de son activité. Il continue de fournir les détaillants grâce à une…
Les achats de produits responsables

D’après le Baromètre de la transition alimentaire 2019, sondage Opinion Way réalisé pour Max Hevelaar France, le secteur…

119 millions de dollars pour aider Cuba face au changement climatique

Le Comité de direction du Fonds vert pour le climat a approuvé hier le financement à hauteur de 119 millions de dollars d…

Philippe Villevalois, directeur de l'Ifria Centre-Val de Loire. © DR
Ifria Centre

Philippe Villevalois, délégué général de l’association régionale des entreprises agroalimentaires du…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio