Aller au contenu principal
Font Size

Le courant baissier s'est renforcé

L'amélioration des conditions de cultures aux États-Unis, tempérées par la sécheresse en Russie, entraîne le marché du blé à la baisse. En France, les prévisions optimistes de récolte commencent à se faire entendre.

Période du 14 au 20 mai. Durant cette période, la tendance des prix des céréales a encore été dominée par un weather market globalement favorable à une orientation baissière, avec l'amélioration des conditions de culture aux États-Unis, tempérées par la sécheresse en Russie alors que l'Europe de l'Ouest est parfois surabondamment arrosée. Pour ce qui est de la situation française, elle est généralement bonne et les prévisions optimistes de récolte qui commencent à se faire entendre (les organismes officiels se gardant d'en avancer) laissent présager de bonnes conditions de récolte. C'est surtout sa précocité qui préoccupe déjà les organismes stockeurs sur les dégagements de silo avant la moisson. Ces perspectives viennent peser sur le marché du blé et de l'orge, les prix de l'actuelle campagne s'étant encore affaiblis, à 186 euros rendu Rouen et la nouvelle cote 191 euros, dans un marché toujours aussi peu animé dans les deux cas. Chicago a clôturé lundi, en baisse de 4 cents, tandis qu'Euronext, après une courte consolidation, décrochait plus sévèrement : -2 euros sur l'échéance novembre, à 197,25 euros. L'orge fourragère s'inscrit dans la tendance baissière du blé, cotant 155 euros rendu Rouen en vieille récolte, 165 en nouvelle.

Résistance du maïs

En maïs, les semis s'achèvent dans de bonnes conditions avec toutefois un déficit hydrique dans le Nord-Est. Bien que la moisson s'annonce précoce, participant au souci de dégagement des silos, que le stock de report soit prévu élevé et que le maïs français manque de compétitivité à l'export, la tendance baissière affecte moins brutalement le maïs que les céréales à paille et se maintient à 170/171 euros fob Rhin. L'affaiblissement des disponibilités de l'Ukraine (dont les exportations atteignent déjà plus de 19 millions de tonnes (Mt)) contribue peut-être à cette résistance des cours du maïs, mais ce sont surtout sur les futures capacités de production ukrainienne que s'interrogent les opérateurs. L'Ukraine est devenue le 3e exportateur mondial de céréales avec 30,5 Mt estimé en 2013/2014, dont les deux tiers en maïs. La situation politique dans ce pays compte donc pour beaucoup dans l'équilibre des échanges internationaux du secteur. Les observateurs vont suivre avec une particulière attention les prochaines élections, d'autant que selon une récente étude présentée devant le dernier conseil céréales de France au sein de la production céréalière ukrainienne de 42,7 Mt pour la dernière moyenne quinquennale, celle des principaux oblasts séparatistes (Crimée inclue) représentait quelque 10 %.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Le cacao souffre

Les cours du cacao ont touché la semaine dernière de bas niveaux plus vus depuis le dernier trimestre 2018, pénalisés par…

Chicago : de nouvelles prévisions météo font monter maïs et soja

Les cours du maïs et du soja cotés à Chicago ont été soutenus par de nouvelles prévisions météorologiques anticipant un…

Evolution du cours du colza Fob Moselle
Hausse des prix du colza, suivant le soja sur Chicago
Le climat est actuellement chaud et sec aux États-Unis, pénalisant le développement des cultures de soja. La hausse de l’huile de…
 © JC Gutner
La hausse de l’euro et les prévisions de surfaces russes pèsent sur les cours céréaliers

Les cours des céréales à paille françaises se sont repliés en début de semaine, dans le sillage d’Euronext, plombé par le…

Evolution des cours des principales céréales
Les craintes d’une détérioration de la récolte dopent les cours
Les opérateurs français redoutent une récolte céréalière 2020 faible en volume ce qui fait progresser les cours des céréales…
 © JC Gutner
Chicago : le blé en repli au lendemain d’une forte hausse

Le blé américain avait grimpé mercredi à son plus haut en trois mois sur fond de prévisions d’offre mondiale en baisse.…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio