Aller au contenu principal

Le Brésil, un acteur important en viande bovine

La viande bovine brésilienne, déjà présente sur les marchés européen et russe, progresse d’année en année. Selon les perspectives et pouvant compter sur des tarifs très compétitifs, le Brésil est en passe de devenir le plus important exportateur de viande bovine dans le monde.

Le 25 octobre dernier, le SNIV titrait dans sa lettre hebdomadaire «la filière bovine française et le naufrage de Titanic».

Alors que l'Institut de l'élevage était plutôt optimiste quant à la situation actuelle des femelles et son évolution, leurs perspectives demeuraient plus pessimistes. La forte présence des exportateurs sud-américains (et surtout du Brésil) étant, selon eux, un bon exemple.

Des pays du Mercosur, ce dernier apparaît être en effet le plus important dans le secteur de la viande bovine. D'autant plus que depuis plusieurs années, sa contribution aux exportations mercosuriennes est importante.

Selon l'institut irlandais Bord Bia, la production brésilienne de bovins continue d'ailleurs à croître et la dominance de ce pays sur le commerce mondial est elle aussi en nette progression.

Le Brésil, un grand producteur

Au niveau de la production, les abattages brésiliens ont atteint 12,4 millions de têtes pour la première moitié de 2004 et les prévisions parlent d'une production totale de 7,7 millions de tonnes en 2004. Avec de telles perspectives, le Brésil deviendrait ainsi le plus grand producteur, avec 250.000 tonnes de plus que l'UE.

Le Brésil est aussi un grand exportateur. En effet, ses exportations ont augmenté de 36 % sur les six premiers mois de l'année. Plus précisément, ses exportations ont surtout progressé en mai et juin, avec des hausses de 68 % et 74 % respectivement.

D’autre part, avec l'arrivée de la viande bovine brésilienne (et argentine) sur le marché anglais notamment, la concurrence sur le marché européen de la viande a franchi une nouvelle étape.

Mais le principal marché pour le Brésil reste la Russie. Sur les neuf premiers mois de l'année, 113.000 tonnes de viande ont été exportées dans ce pays, dont 96 % sous forme congelée.

Cependant, avec la fermeture de ce marché, le Brésil se tourne désormais vers ses autres destinations privilégiées, comme l'Egypte, le Chili et l'Union européenne (et notamment les Pays-Bas, l'Italie et la Grande-Bretagne).

La France est moins concernée pour le moment, mais jusqu'à quand ? Le SNIV note d'ailleurs que les consommateurs ne sont pas a priori réticents à la viande d'origine étrangère, comme celle en provenance du Brésil. Ce dernier joue d'ailleurs la carte du «naturel», si chère au consommateur. D'autre part, les acheteurs pourraient être aussi très sensibles aux tarifs pratiqués.

Des tarifs qui facilitent la concurrence avec l'UE

La réelle facilité pour cette viande d'entrer en concurrence avec les produits européens provient surtout de son tarif beaucoup moins élevé, ainsi que de l’évolution ce ce dernier.

En effet, le prix brésilien s'élève à 1,05 euro/kg en moyenne, soit 1 % de moins qu’en 2003. Par contre, la moyenne dans l’UE atteint 2,05 euro/kg, soit 3 centimes de plus que l'année dernière.

Ainsi, même en ajoutant les coûts de transport et les taxes douanières, le bœuf brésilien demeure tout à fait compétitif en terme de prix.

Pour preuve, sur les huit premiers mois de l'année, 111.000 tonnes de viande d'origine brésilienne sont entrées dans l'UE.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

A l'instar du coronavirus, la PPA provoque le chaos sur la scène internationale. © Vyashini Chokupermal
Peste porcine africaine : une crise socio-économique et géopolitique d’envergure mondiale
Brutalement arrivée en Chine en 2018, la peste porcine africaine, prédécesseur de la Covid-19, s’est rapidement propagée,…
 © VP
Viande de boucherie : hausse de 5,8 % des achats en 2020

Les achats des ménages de viandes de boucherie fraîches ont bondi de 5,8 % en 2020, par rapport à 2019, selon les données…

 © S.Bourgeois-archives
Jeunes bovins : le surstock lié à la crise est résorbé

Les prix des jeunes bovins restent à des niveaux très bas pour la période, mais tendent à se stabiliser. En effet,…

Porc : le prix de l’aliment revu à la hausse en janvier 2021

Face à la hausse généralisée des prix des matières premières, l’institut du porc (l’Ifip) a actualisé ses prévisions du…

 © VP
Cheptel : 18,168 millions de bovins en France

Le cheptel bovin de la France au 1er janvier 2021 était estimé à 18,168 millions de têtes par FranceAgriMer,…

 © AMI
Belle progression du marché de la volaille et de la viande rouge bio en Allemagne

« Le marché du bio en Allemagne a progressé de façon fulgurante en 2020 », a déclaré Diana Schaack, analyste de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio