Aller au contenu principal

L’année 2016, un bon millésime pour les halles à marée

Hauturiers au port de Guilvinec.
© © Franck Jourdain

Les trois premières criées françaises ont connu une bonne activité en 2016 avec des progressions significatives par rapport à une année 2015 déjà en croissance. Seule la criée de Boulogne-sur-Mer recule en valeur comme en volume.

Dans le secteur de l’économie maritime, les feux sont globalement au vert, comme en témoignent les chiffres d’activité du trio de tête des 35 halles à marée françaises sur l’exercice 2016. Le Guilvinec, troisième, affiche un tonnage de 18 657 tonnes pour 74,79 millions d’euros (4,01 € de prix moyen au kg). Lorient, deuxième (26 882 t) atteint 86,69 M€ de vente (prix moyen à 3,22 €). Seul le leader, Boulogne-sur-Mer, décroche en 2016, abandonnant 6,2 % de volumes à 33 628 t et 1,6 % de ventes (77,8 M€ pour un prix moyen de 2,31 €/kg). Dans presque toutes les pêcheries et métiers pratiqués par les navires débarquant dans les deux criées sud-bretonnes, la pêche a été bonne. Notamment en pêche côtière où les chalutiers qui exploitent la langoustine vivante du golfe de Gascogne ont connu une année exceptionnelle en production, sans que le prix s’effondre.

Les bolincheurs, unités qui travaillent à la senne tournante pour traquer la sardine et accessoirement l’anchois ont vécu eux aussi une année record en production. Quant à la pêche hauturière qui établit les volumes les plus significatifs dans les criées, la production a été abondante durant le premier semestre avant que l’imminence de l’épuisement de certains quotas annuels ne ralentisse les navires dans leur activité (églefin, seiche, raie fleurie notamment). À noter l’importance de la filière Intermarché sur le port de Lorient par les apports de l’armement Scapêche et les capacités à l’achat du transformateur Capitaine Houat. Pourquoi, dans ce contexte, Boulogne-sur-Mer, la plus importante criée de France en volume (deuxième de France en valeur derrière Lorient), a-t-elle souffert en 2016 ? Le gestionnaire de la criée, la CCI de la Côte d’Opale, signale de moindres débarquements, notamment par le fait de navires de pêche vendus.

Ressource reconstituée

L'année 2017 devrait être différente à Boulogne-sur-Mer, puisque les trois unités lancées par Scapêche avec des patrons-artisans de Boulogne-sur-Mer doivent rentrer en service. Ces résultats d’activité de la pêche dans les halles à marée françaises sont le reflet de plusieurs années de restructuration dans la pêche en France, qui a vu le nombre de bateaux baisser progressivement, conformément aux objectifs de la politique commune des pêches.

La ressource s’est parallèlement reconstituée – cependant pas encore pour toutes les espèces –, en particulier grâce à une savante politique de gestion des stocks des organisations de productions et, sans doute aussi, par l’utilisation d’engins de pêche de plus en plus sélectifs. Conséquence pour un secteur qui fait l’objet d’une politique maritime intégrée, l’Europe a reconnu le bon état de la ressource en attribuant des augmentations significatives pour certains quotas pour la campagne 2017. « Ce qui devrait se traduire, cette année encore, par une activité en hausse », fait le pari Maurice Benoîsh, président de la société d’économie mixte qui exploite le port de pêche de Lorient.

Les armateurs réinvestissent aussi dans le renouvellement de leur unité de pêche pour plus de confort, plus d’économie d’énergie, plus de productivité et de qualité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Avril confirme entrer en négociation exclusive avec Bigard pour la cession d'Abera et Porcgros
Comme nous l'annoncions dans notre dernier hebdomadaire, Bigard s'apprête à reprendre les sociétés Abera et Porcgros, propriétés…
Manifestation à Plérin
Des éleveurs manifestent à Plérin contre la baisse du prix du porc

Des éleveurs de porc, dont certains membres du mouvement les "bonnets roses", ont manifesté leur mécontentement devant les…

Egalim 2 : pas de contractualisation avec les grossistes ni sur les marchés aux bestiaux
La loi Egalim 2 n’oblige pas les éleveurs à contractualiser sur marchés de bétail vif. Elle maintient aussi le régime commercial…
Infographie abattages français
[Infographie] La Bretagne, première région d'abattage en France

Cette infographie s'appuie sur les données 2020 d…

UFC-Que Choisir, Greenpeace et WWF France s'attaquent aux promesses des labels et signes de qualité alimentaires
UFC-Que Choisir, Greenpeace et le WWF France ont présenté le 28 septembre les résultats de leur étude sur la véracité et les…
Nouvelle salve entre Inaporc et Cooperl sur le financement de l’équarrissage
L’interprofession du porc et la première coopérative porcine campent sur leurs positions respectives quant à la Cotisation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio