Aller au contenu principal

L'activité n'empêche pas la baisse

Le marché céréalier a fortement confirmé sa tendance baissière, les prix du blé retrouvant leur plus bas niveau depuis 2010. Les autres céréales fourragères suivent cette tendance, qui a le mérite de soutenir la compétitivité de l'origine France à l'export.

Période du 17 au 23 septembre. La baisse des prix du blé s'est accélérée et, avec une cotation Euronext le 22 septembre à 151,25 euros, le marché à terme européen tombe à son plus bas niveau depuis cinq ans. En ce qui concerne le marché physique, le recul varie en fonction de la large gamme qualitative, les cours des blés fourragers, qui trouvent preneurs dans l'Union européenne, se stabilisant. Ces prix bas et un euro sous 1,29 dollar, assurent au blé français une bonne compétitivité à l'export face à une origine Russe chère. La récente vente de 180 000 tonnes de blé français à l'Égypte concrétise cette compétitivité. Les prix américains, ayant eux aussi baissé, retrouvent une meilleure ouverture à l'export et ont remporté un appel d'offres de 55 000 tonnes en Égypte. Devant les bas prix actuels, les pays importateurs sont donc aux achats et l'activité portuaire en France est soutenue ; entre autres, les embarquements pour l'Algérie ont repris à Rouen. Pour ce début de campagne, il semble donc qu'il n'y ait pas de problèmes pour trouver des blés français de qualité exportable, mais les organismes stockeurs (OS) sont soumis à un travail d'allotement d'autant plus intense que la collecte a démarré très fort ; 11,5 millions de tonnes (Mt) livrées en juillet contre 4,44 en juillet 2013 et 8,73 l'année précédente. En conséquence, les stocks chez les OS au 1er août sont passés de 4,47 Mt en 2013 à 11,2 Mt cette année.

Copieuse collecte d'orge

La collecte d'orge est également copieuse avec 5,5 Mt contre 3,8 en 2013. Les cours de l'orge, soutenus jusqu'alors par la bonne activité export, n'ont pas résisté à la baisse générale et s'affichent à 137 euros rendu Rouen, mais restent relativement élevés par rapport à ceux du blé fourrager et du maïs, sur le marché intérieur, à 125 euros départ Eure-et-Loir.

Le maïs s'est aussi engagé dans la baisse. Alors que les premières moissons commencent, la pression de l'offre à venir s'accroît au niveau communautaire comme français. La baisse des prix a confirmé le regain de compétitivité de l'origine France qui s'exporte sur l'ensemble de l'Union européenne. La production ukrainienne revue en baisse et les difficultés logistiques qu'entraîne le conflit avec les prorusses jouent en faveur du maïs communautaire. Le relèvement des droits de douanes à l'importation de maïs dans l'Union européenne, portés de 5,32 à 10,44 euros, n'ont pas une grosse influence sur les échanges. Le maïs fob Rhin cote 136 euros et le marché intérieur 118 euros départ Eure-et-Loir.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

 © Pixabay
Le cacao à la peine

Les cours du cacao ont cédé du terrain la semaine dernière, dans un climat toujours incertain côté demande et alors que…

 © Remaztered Studio de Pixabay
Chicago : le blé bondit, porté par la sécheresse

Les averses anticipées aux Etats-Unis ainsi qu’en Ukraine et en Russie ne sont désormais plus prévues. Ces zones…

 © Pixabay
Le sucre repart

Les cours du sucre se sont appréciés la semaine dernière, dans le sillage des cours du pétrole, la cotation new-yorkaise…

Chicago : le blé monte avec des risques de sécheresse en Russie

Les investisseurs sont de plus en plus inquiets de conditions d’ensemencement sèches du blé d’hiver en Russie et en…

Evolution des cours des principales céréales
Hausse générale malgré un climat d’incertitude économique
La pandémie de Covid-19 limite la hausse des cours des céréales, face à l’incertitude de la demande mondiale à venir. Les…
 © JC Gutner
L’industrie des produits aromatiques résiste à la crise

L’industrie des produits aromatique semble résister à la crise, selon les données de Prodarom communiquées par…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio