Aller au contenu principal

[Edito] L’achat plaisir a de l’avenir

camembert

Que font les Français pendant les confinements ? Du bricolage, du jardinage (pour ceux qui ont la chance d’avoir un jardin), regarder des séries Netflix, lire… Oui, mais encore ? Cuisiner, se faire plaisir avec des gourmandises… Selon Nielsen IQ, la pâte à tartiner Nutella (1 kg), le beurre doux Président et les Ferrero Rocher sont les trois références qui ont généré le plus de chiffres d’affaires en 2020 hors boissons en GMS. En quantité, dans le podium de tête, on retrouve le beurre doux Président, mais aussi du pain 100 % mie Harrys et de la mozzarella Galbani. Empêchés d’aller au restaurant, les Français se sont réfugiés vers des produits « indulgents et réconfortants », confiait récemment Édith Colard, senior sales consultant pour Nielsen IQ. Les ventes de glaces en pot ont ainsi crû de 21 % en 2020, les desserts ultrafrais de 12 %, les tablettes de chocolat de 10 % ou encore les chips de 3 %. L’industrie des glaces dit avoir enregistré une année historique, si l’on ne prend en compte que la consommation à domicile. Une année 2020 exceptionnelle également pour les fromages, avec des ventes en hausse de 21,2 % pour la mozzarella, de 12,2 % pour la raclette ou encore de 8,2 % pour le comté, selon les données FranceAgriMer. Une consommation qui a même fait parler hors de nos frontières. « Comment les Français gardent-ils le sourire pendant le confinement ? Pas en disant « cheese » mais en en mangeant », écrivait ainsi The Guardian le 15 mars. On notera au passage que cet article citait Les Marchés ! Ce troisième « confinement » (on ne sait pas encore si on doit l’appeler ainsi, vu la complexité des règles fixées par le gouvernement) ne devrait pas modifier ces comportements qui globalement ont conduit à une valorisation des achats alimentaires de 1,2 point en 2020. Si les questions de la nutrition et des alternatives végétales sont toujours en tête dans les débats entourant l’alimentation, les achats plaisir ont encore un bel avenir devant eux. D’autant plus que l’on s’oriente vers de nouvelles « années folles » après la crise Covid, si on en croit certains sociologues.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Avril
Le groupe Avril victime d'une cyberattaque [mis à jour]
Le groupe Avril a été victime d'une cyberattaque le 3 novembre. Toutes les entités sont touchées.
A quoi peut-on s’attendre sur le marché du porc en 2022 ?
Cours bas et coûts de production en hausse, les prévisions de l'Ifip sont peu optimistes pour la filière porcine.
[MàJ] Viande bovine : exportations records du Brésil vers la Chine malgré un embargo
Les achats de viande bovine brésilienne par la Chine en septembre ont atteint des records, mais ils devraient rapidement s'…
Denis Lambert va passer la présidence du directoire de LDC à Philippe Gelin
Prenant sa retraite en 2023, Denis Lambert va céder progressivement la présidence du directoire du groupe volailler et traiteur…
Lait infantile : fin de l’eldorado chinois
Les importations chinoises de lait infantile marquent le pas, entre la baisse de la natalité et une offre locale qui a su…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio