Aller au contenu principal

La vache, une espèce en voie de disparition ?

2004 a vu la poursuite de la baisse du cheptel bovin, de façon toujours marquée pour les vaches et les génisses. Cette tendance devrait se poursuivre en 2005, ce qui garantira de nouveau des niveaux de prix exceptionnellement élevés.

Malgré une consommation ralentie par la fin de mois, la faiblesse des apports sur les marchés en vif a une nouvelle fois garanti la fermeté des cours la semaine dernière.

La tendance à la réduction du cheptel, déjà fortement perçue en 2004, se confirme donc cette année. Lors du dernier conseil de direction de l’Ofival, jeudi dernier, c’est encore cette donnée du marché bovin qui tenait le haut de l’affiche…

L’année dernière, le cheptel bovin a atteint un niveau historiquement bas, puisque, avec un recul de 2 %, il passe sous la barre des 20 millions de têtes, pour la première fois depuis 40 ans.

Plus précisément, on note depuis 2001 une accélération de la baisse du cheptel laitier, de l’ordre de 2,8 % par an, ainsi qu’une réduction du cheptel allaitant en relation avec les changements de la politique agricole commune.

Recul du cheptel de vaches en 2004

Le cheptel de vaches recule quant à lui de 2,2 %. Les vaches allaitantes ne sont maintenant plus que 4,166 millions, c’est-à-dire moins nombreuses qu’en 1996.

Les génisses nourrices sont également en fort recul (-2,9 %), le nombre des génisses bouchères étant lui-même en baisse de 7,8 %.

Il résulte de cette évolution du cheptel une baisse générale de la production de gros bovins finis, de l’ordre de 4,5%. Avec 3,76 millions de tête, elle passe sous les niveaux de 1999.

Fait notable, la production de vaches reste élevée par rapport au cheptel : ainsi, si celui-ci recule de 4 %, la production de vaches ne baisse que de 2%, traduisant une augmentation de la proportion de vaches de réforme par rapport au cheptel de souche.

En 2005, l’Office prévoit une nouvelle réduction des effectifs de vaches, de l’ordre de 1 %, avec un taux de réforme élevé.

Compte tenu de la sous-réalisation de la collecte laitière en 2004, il est probable que les abattages de fin de campagne soient très limités, d’où une nouvelle baisse des disponibilités en vaches laitières sur le premier semestre.

Une tendance qui se confirmera en 2005

La production de vaches devrait quant à elle reculer de 3 %, et l’Office table sur une reconduction du taux de réforme, le processus de rajeunissement du cheptel étant maintenant achevé.

Pour les génisses, les niveaux de production devraient rester faibles, mais identiques à ceux de 2004. En effet, si l’enquête de novembre dernier indiquait une baisse prononcée des effectifs de génisses dans les élevages, la suppression de la prime à l’abattage spécifique aux races allaitantes au 1er janvier 2006 devrait entraîner une hausse des sorties sur la fin d’année 2005.

Au final, la production de femelles devrait baisser de 2 % par rapport à 2004, pour atteindre 824.000 téc.

Les prix devraient donc rester élevés, et même progresser de 4 % par rapports aux niveaux de 2004. Rappelons que l’année dernière, le prix moyen pondéré des gros bovins a connu une hausse de 7,8 %, pour s’établir à un niveau très proche de celui de 1999 (2,78 euro/kg, soit -0,8 %).

La hausse la plus notable a été enregistrée par la vache O3, dont le cours a progressé de 11,8 % par rapport à 2003, pour culminer à 2,47 euro/kg.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Cette infographie est initialement parue dans notre magazine mensuel de septembre
[Infographie] Pourquoi tant de pénuries alimentaires en 2022 ?
Certains rayons sont vides et les consommateurs craignent les pénuries de plusieurs produits alimentaires. Pour les magasins, les…
Les prix records des gros bovins ne compensent pas la flambée des coûts de production
Les prix records des gros bovins ne compensent pas la flambée des coûts de production
Le prix de revient des gros bovins a fortement progressé au premier semestre, dopé notamment par la hausse de l’énergie.
Energie : les industriels laitiers craignent pour la continuité de leurs activités
La Fédération nationale de l'industrie laitière (Fnil) appelle le gouvernement à mettre en place rapidement un bouclier tarifaire…
Un incendie a ravagé un enterpot de fruits et légumes à Rungis le 25 septembre
Mis à jour : Ce que l’on sait de l’incendie à Rungis
  Un incendie a ravagé un entrepôt de fruits à légumes à Rungis le 25 septembre, sans faire de victimes.
Combien l’Europe a perdu de bovins et de porcs en un an ?
La décapitalisation du cheptel bovin et la forte tension en production de porc liée à l’envolée de l’aliment et aux contraintes…
Un cas de grippe aviaire dans la zone IGP Volaille du Maine, la situation jugée alarmante
Un cas de grippe aviaire a été confirmé dans un élevage situé dans la zone de Loué. Les scientifiques alertent sur une situation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio