Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

La hausse qui venait du froid

Le weather market guide la tendance. Les débuts de récolte dans l'hémisphère Sud sont sous haute surveillance, mais c'est le froid, aux États-Unis et surtout en Russie, qui tire les prix du blé à la hausse. Les autres céréales suivent.

Période du 26 novembre au 2 décembre. Les prix du blé ont poursuivi leur remontée depuis notre dernière chronique, dans laquelle nous constations déjà qu'ils rejoignaient leur plus haut niveau de la campagne en cours. Chicago, après l'interruption du Thanksgiving Day a ré-ouvert en sensible hausse (28,25 cents) en début de semaine et la hausse s'est propagée sur l'ensemble des marchés, Euronext clôturant lundi à 188,25 euros, soit +4 euros par rapport à la fin de semaine dernière, pour l'échéance janvier. Ainsi, le cours du blé sur le marché à terme européen a progressé de près de 16 euros en l'espace d'un mois. Il faut noter toutefois que l'ampleur de la hausse est fonction de la qualité du produit, les blés intermédiaires étant beaucoup moins sollicités ; les blés fourragers trouvent encore un débouché vers l'Union européenne tandis que sur le marché intérieur, ils se placent en concurrence avec le maïs auprès des fabricants d'aliments du bétail. Le mouvement de hausse trouve aujourd'hui son origine dans la vague de froid qui frappe la Russie et dans la rumeur d'intentions du gouvernement russe de donner un coup de frein à ses exportations céréalières, très animées durant cette première partie de la campagne.

Dans l'Union européenne, en revanche, l'exportation se porte bien et après 5 mois de campagne, les tirages de certificats d'exportation atteignent 12 Mt soit quelque 900 000 t de mieux que pour la période équivalente de la précédente campagne. Si les restrictions russes se confirment et compte tenu des prix américains élevés, le blé européen, français en particulier, a de belles perspectives, avec l'aide d'un euro à moins de 1,25 dollar.

L'orge fourragère portée par les achats chinois

Si le weather market se montre très influent, il ne doit pas faire oublier les larges disponibilités présentes sur le marché. Dans son rapport publié le 27 novembre, le CIC a rogné de 1 Mt son estimation de production mondiale de blé, mais avec 717 Mt, on reste quand même dans des chiffres record tout comme pour le stock de report maintenu à 193 Mt. Nouvel ajustement en hausse pour la production mondiale de maïs portée à 982 Mt, et si la demande mondiale atteint des sommets, elle laisserait néanmoins le stock de report de 193 Mt. Malgré la pression d'une exceptionnelle récolte et l'absence de protection douanière européenne, les cours du maïs français résistent sur la base de 145 euros fob Rhin. L'orge fourragère portée par les achats chinois participe à la hausse générale, cotant 175 euros rendu Rouen. P. G.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Evolution des cours des principales céréales
L’épidémie de coronavirus fait chuter les cours du blé tendre
Le blé tendre français cumule les éléments baissiers – recul des bourses mondiales et chute des cours du pétrole, sur fond d’…
L’essor de Covid-19 entraîne un nouveau recul des cours
Dans un contexte de crainte de récession de l’économie touchée par le coronavirus, le blé tendre limite les pertes pour le moment…
Evolution des cours du colza
Hausse des cours du colza, dans le sillage du soja
La Chine a de nouveau commandé du soja en provenance des États-Unis, et des restrictions logistiques sont observées dans les…
Chicago : le blé au plus haut

Le cours du blé coté à Chicago a atteint mercredi son plus haut depuis fin janvier alors que la demande nationale et…

 © Max Havelaar
Le cacao sombre

Le cacao a été malmené sur les marchés cette semaine, les investisseurs s’interrogeant sur le déséquilibre généré par une…

La chute des cours du colza se poursuit
L’épidémie de Covid-19 affecte la demande planétaire en pétrole, faisant chuter les prix sur les places de Londres et de New York…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio