Aller au contenu principal

« La généralisation du plan carbone passe par le conseil et les transformateurs »

Le programme Life Carbon Dairy avance à grand pas et déjà la filière pense à généraliser la démarche à l'ensemble des éleveurs mais aussi à valoriser le CO2 économisé.

Thierry Geslain, directeur des Affaires
Scientifiques du CNIEL
Thierry Geslain, directeur des Affaires
Scientifiques du CNIEL
© R. Lemoine

 

Où en est Life Carbon Dairy ?

Thierry Geslain - Les premiers résultats issus de 2 000 fermes ont été présentés au Space comme prévu. Début 2016, nous disposerons des résultats, synthèse de l'ensemble des 4 000 diagnostics réalisés. Ce programme vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre par litre de lait de 20 % d'ici 2025 rassemble les partenaires techniques de l'élevage (Institut de l'élevage, les entreprises de conseil en élevage et les chambres d'agriculture). A partir d'un réseau de 60 fermes réparties dans sic régions, l'objectif est d'identifier des leviers de progrès propre à chaque système d'élevage. Actuellement, les techniciens du contrôle laitier ou des chambres d'agriculture utilisent CAP'2ER, l'outil développé par l'Institut de l'élevage pour évaluer l'empreinte carbone de 3 900 exploitations laitières. L'objectif est de disposer d'un état des lieux, de sensibiliser les éleveurs, les conseiller pour réduire leurs émissions et montrer l'impact économique de certaines pratiques.

 

Comment aller plus loin ?

T. G. - Si demain, le programme « Life Carbon Dairy » s'élargissait aux 60 000 éleveurs laitiers de France, cela permettrait d'évier globalement l'émission de 2 millions de tonnes de CO2 par la « ferme France ». Autrement dit, le poids carbone d'un litre de lait produit en France ne serait plus que de 800 grammes de CO2 par litre en moyenne ! Et encore, ce chiffre ne tient pas compte du stockage de carbone sous prairie. Un excellent score donc, que beaucoup de pays producteurs nous envieraient... Alors que Paris se prépare à accueillir la conférence sur le climat COP 21 en décembre prochain, la filière laitière française est donc en mesure de témoigner de sa contribution à la lutte contre le réchauffement climatique.

 

Quelles sont les conditions su succès ?

T. G. - Le programme Life Carbon Dairy doit beaucoup à l'implication des entreprises de conseil en élevage et des chambres d'agriculture concernées. Pour aller plus loin, la contribution des coopératives et des entreprises laitières, dont plusieurs sont déjà associées au programme, est nécessaire. Un comité de pilotage pour le programme national « Ferme laitière bas carbone » sera d'ailleurs mis en place fin octobre avec l'ensemble des partenaires, mais aussi le Cnaol qui regroupe l'ensemble des AOP laitières françaises. La réussite du programme à venir est entre les mains des utilisateurs de l'outil CAP'2ER et des conseils qu'ils prodigueront aux éleveurs. C'est pourquoi nous sommes très attachés à leur formation.

 

Quand pourra-t-on parler des crédits carbone ?

T. G. - C'est une affaire de long terme. Depuis trois ans, nous sommes membres du Club Agriculture de CDC climat, la filiale de la Caisse des dépôts qui accompagne les entreprises et les filières dans leurs démarches de transmission énergétique. Nous recherchons dans le cadre de ce Club des solutions pour faire certifier nos économies d'émissions de CO2 et les monnayer sur le marché du carbone. Nous avons bon espoir d'aboutir, avec l'appui des Pouvoirs publics et notamment du ministère de l'Écologie. Mais la mise en oeuvre d'un tel projet aussi novateur pour les filières agricoles demande du temps.

Thierry Geslain est directeur des Affaires Scientifiques du Centre national interprofessionnel de l'économie laitière depuis 2010.

Secrétaire général de Fil (Fédération internationale de laiterie) France et membre du Board de la Fil.

Ingénieur agronome diplômé de l'Institut national agronomique Paris-Grignon, il a été pendant 11 ans directeur Qualité et Consommation de l'Ania.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Jean Clanchin, ex-dirigeant du groupe Triballat. © Triballat
Décès de Jean Clanchin, ex-dirigeant de Triballat

Jean Clanchin, ex-dirigeant du groupe Triballat et père d’Olivier Clanchin actuel dirigeant du groupe, est décédé…

Elodie Macariou, chef de produit senior et coordinatrice de la démarche RSE chez Lactalis Ingredients. © DR
Un outil pour garder et gagner des parts de marché
Lactalis Ingredients a publié cette année son premier rapport RSE. Cette démarche, organisée autour de trois piliers, permet à l’…
Avec cette opération, Lactalis reprend 750 salariés et trois sites industriels dans les états de Californie, New York et Wisconsin. © Google street view
USA : Lactalis achète les fromages naturels de Kraft Heinz

Le groupe Lactalis (20 Mds€ de CA en 2019) a annoncé hier un accord avec le groupe Kraft Heinz pour le rachat de ses…

Roquefort et Bleu de brebis de Société peuvent coexister

La Confédération générale de Roquefort, ODG de l’AOP Roquefort, a affirmé hier soir dans un communiqué reconnaître «…

Francisco Camacho, directeur général produits laitiers et d'origine végétale international du groupe Danone.
Francisco Camacho quitte le groupe Danone

Après 20 ans passés dans le groupe, Francisco Camacho, directeur général produits laitiers et d’origine végétale…

Danone débarque au rayon traiteur frais

La marque Danone se diversifie avec l’annonce ce matin de son arrivée au rayon traiteur frais avec sa toute première…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio