Aller au contenu principal

La Chine soutient les cours du soja

La présence toujours forte de la Chine sur le marché du soja et les inquiétudes sud-américaines entretiennent la fermeté. En colza, la hausse des cours du pétrole liée au contexte iranien permet à la graine de consolider. Le marché du tournesol en revanche reste figé.

Les cours du soja américain évoluaient en hausse à la Bourse de Chicago (CBoT) en début de semaine, soutenus par les cours du pétrole auxquels ils sont corrélés.    Cette fermeté des cours venait par ailleurs saluer les bons résultats des ventes hebdomadaires, publiés vendredi dernier par le département américain de l’Agriculture (USDA).
Au cours de la semaine achevée au 12 janvier, les ventes de graines de soja ont plus que triplé à 991 100 tonnes, un tiers ayant été acheté par la Chine, premier importateur mondial de soja.
À ce constat ponctuel vient s’ajouter l’analyse plus fondamentale publiée récemment par les investisseurs et qui table pour l’année du dragon qui vient de s’ouvrir sur une croissance de la Chine de 9 %. Cela affecte bien sûr fortement le marché du soja puisque, avec des importations qui ont triplé depuis 2004, la Chine réalise à ce jour 60 % des importations mondiales de soja.

Soja : récoltes hétérogènes

En Amérique latine, les pluies qui tombent depuis la fin de la semaine dernière et qui devraient s’attarder encore quelques jours se révèlent bénéfiques aux cultures, qui sont parvenues au stade de remplissage des gousses. Cependant, ces précipitations viennent perturber les premiers chantiers de récolte qui ont débuté sur le Mato Grosso. Par ailleurs, selon les observateurs, ces pluies n’ont pas arrosé de façon homogène l’ensemble des zones sud-américaines de culture de soja. Cette hétérogénéité, couplée à la sortie de nouvelles estimations de récoltes pour les pays concernés, est facteur de soutien pour les cours. Ainsi les dernières prévisions officielles en Argentine tablent sur une récolte de 48,9 Mt contre 50,5 Mt prévues par l’USDA dans son dernier rapport. Pour le Brésil, des estimations privées font état d’un potentiel de 70,2 Mt, contre 74 Mt prévues par l’USDA.

Un marché du pois peu animé

Selon l’Unip, après la trêve hivernale, le marché du pois standard s’est légèrement animé avec quelques petites affaires sur la Bretagne pour des lots surtout d’origine locale (Bretagne et Pays de la Loire). Elles se sont traitées à un niveau compris entre 225 et 230 euros/t rendu Centre Bretagne et l’écart de prix entre pois standard et blé fourrager était de + 30 euros/t le 17 janvier. À cette date, le pois départ Eure-et-Loir se situait à 215 euros/t pour du janvier-mars. Côté activité export en portuaire, c’est le calme plat.
En pois jaune pour l’export vers les pays tiers, l’activité est très faible en ce début d’année, avec de rares intérêts acheteurs et peu de vendeurs. La fermeté du dollar devrait favoriser l’origine française face à son concurrent canadien sur le débouché indien : actuellement celui-ci coûte (en prix Fob) environ 30 dollars de plus que le pois français.
Le niveau acheteur en rendu Rouen est de : blé Euronext (échéance mars) + 55 euros/t (soit 255 euros/t le 17 janvier), pour du janvier-mars.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Cooperl reprend l’ancien abattoir GAD
Cooperl Arc Atlantique (Lamballe, Côtes d’Armor) a annoncé vendredi soir 2 avril la signature d’un accord par lequel il se porte…
Du Simplement bon au Bio le responsable, Fleury Michon déploie une série d'arguments répondant à toutes les attentes. © Fleury Michon
Jambon : Fleury Michon revoit sa segmentation pour détrôner Herta
Le prix, le goût et l’engagement sociétal sont les trois attentes saillantes de consommateurs de jambon, selon la nouvelle équipe…
Bernard Boutboul, président de Gira Conseil, s'attend à une ruée dans les restaurants pour leur réouverture. © Adrien Olichon sur Unsplash
Perspectives optimistes pour la restauration post-Covid
Les derniers mois ont été éprouvants pour la restauration, mais le secteur n’a pas autant reculé qu’on aurait pu le craindre,…
Avril veut vendre les oeufs Matines et ses activités de transformation animale
Portant de nouvelles ambitions, notamment vers les protéines végétales, le groupe Avril annonce vouloir céder les œufs Matines et…
Le grossiste bio Relais Vert ouvre un nouvel atelier de conditionnement
Relais Vert poursuit sa croissance avec l’ouverture de Bilodev, un nouvel atelier de conditionnement 100% dédié aux produits…
Serge Papin a rendu ce jour son rapport à Julien Denormandie et à Agnès Pannier-Runacher. © agriculture.gouv.fr
Serge Papin propose « un prix garanti cour de ferme »

Ex-patron de Système U, et missionné par le gouvernement pour améliorer le cadre des…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio