Aller au contenu principal

[Edito] Investir dans le e-commerce

E-commerce
© Pixabay

Plus que modifier les habitudes de consommation, la crise engendrée par la Covid-19 accélère les transformations qui étaient déjà engagées. Tous les experts s’accordent aujourd’hui sur ce constat. L’un des phénomènes observés est l’accélération du e-commerce. Dès l’annonce du second confinement, le e-commerce alimentaire a crû de nouveau très fortement, retrouvant une part de marché proche de 9 %. Au vu des croissances des années précédentes, la crise sanitaire aurait fait gagner 4 à 5 ans de parts de marché pour le e-commerce en France, selon Nielsen. Drive, livraison à domicile, drive piéton, click and collect, toutes les formes de e-commerce progressent. « Pour ne pas avoir à me déplacer », « pour éviter de croiser trop de monde dans les rayons », telles sont les raisons invoquées par les Français quand on leur demande la raison de ce choix de mode de consommation. Après le déconfinement, le e-commerce devrait rester dans les habitudes, l’enjeu étant de fidéliser les nouveaux venus sur ce circuit. Et pour ce faire, la mise à disposition d’un choix plus large de produits se révèle essentielle. Surgelés salés, produits laitiers frais et épicerie sucrée enregistrent de bonnes performances sur le e-commerce. Si elles ont bien progressé avec la Covid-19, les ventes d’épicerie salée, de surgelé sucré et de frais non laitier sont encore sous-représentées sur ce circuit. Les MDD et les marques des grands groupes profitent davantage du e-commerce. Pour gagner des points sur ce circuit en essor, PME et distributeurs ont intérêt à travailler ensemble pour y renforcer la présence de plus petites marques et d’une offre locale. Aux industriels d’adapter leur offre à ce circuit qui présente des particularités. Il touche davantage les familles et intéresse de plus en plus les seniors. Attention, la vente physique n’est pas morte et la fréquentation des magasins va de nouveau augmenter avec le déconfinement. Mais le réflexe e-commerce deviendra de plus en plus la norme à chaque nouvel épisode de crise, susceptible de ressurgir à l’avenir.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Le lait fait les frais du « bio à tout prix », selon la FRSEA des Pays de la Loire
Le syndicat agricole des Pays de la Loire déplore le début des baisses de prix du lait bio. Il accuse les entreprises et…
Des abattoirs français, espagnols, autrichiens et néerlandais déréférencés par la Chine
L'Ifip informe que certains abattoirs européens ont perdu leur agrément pour exporter vers la Chine.
Inflation générale et pénuries pour les fabricants d’aliments d’élevage
Le Snia, syndicat des fabricants d’aliments composés, annonce des hausses inévitables de l’alimentation animale et signale le…
Veau de boucherie : les prix ont résisté à l’été

Les cours des veaux de boucherie ne se sont pas effondrés cet été, contrairement aux deux années précédentes. Cette…

Lactalis a réalisé 23 milliards de dollars de chiffre d'affaires pour les produits laitiers en 2020.
Le français Lactalis devient numéro 1 mondial du lait
Le chiffre d’affaires pour les produits laitiers de Lactalis a dépassé pour la première fois en 2021 celui de Nestlé, selon un…
Hausse de la production mondiale de porc en 2021 portée par la Chine

La production mondiale de porc devrait progresser en 2021, portée…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio