Aller au contenu principal
Font Size

Information du consommateur : plusieurs questions en suspens


Camille Helmer, responsable des affaires réglementaires à l'Ania.
Le prochain Parlement européen aura à se prononcer sur les mesures d'exécution du règlement N° 1169/2011 (InCo). L'Ania explique les points de clarification en attente.

Les Marchés Hebdo : Quels sont les règlements les plus importants pour l'agroalimentaire en cours de préparation, de réforme ou à venir ?

Camille Helmer : Le règlement no 1169/2011 concernant l'information des consommateurs sur les denrées alimentaires (InCo) a été adopté. L'objectif était la mise à jour des règles d'étiquetage des aliments. Ce texte constitue un enjeu majeur pour les industries agroalimentaires. Il se situe au cœur de la relation entre nos entreprises et les consommateurs. Mais plusieurs questions restent encore sans réponses alors qu'il doit entrer en application à la fin de l'année.

LMH : Quels dossiers préoccupent le plus l'industrie agroalimentaire par leur impact possible sur la vie des entreprises ?

C. H. : Dans le cadre du règlement InCo, plusieurs dispositions nécessitent des mesures d'exécution pour leur pleine application. Il s'agit davantage de clarification que de préoccupation pour les entreprises alimentaires. Deux mesures importantes doivent faire l'objet de règlements que la Commission européenne présentera au Conseil et au Parlement européens. Il s'agit d'abord d'une mesure concernant l'indication du pays d'origine ou du lieu de provenance de la denrée alimentaire. L'article 26 du règlement prévoit que, lorsque le pays d'origine ou le lieu de provenance de la denrée alimentaire est indiqué et que le pays d'origine ou le lieu de provenance de l'ingrédient primaire est différent, il est obligatoire d'indiquer en complément le pays d'origine ou le lieu de provenance de cet ingrédient. Un acte d'exécution doit venir préciser cette obligation et son champ d'application, car de nombreuses questions opérationnelles se posent (définition d'un ingrédient primaire, mentions concernées, etc.). Une autre mesure concerne l'étiquetage obligatoire dans la liste des ingrédients des nanomatériaux manufacturés (article 18). Or, à date, cette notion n'est pas définie de manière précise.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Jean-Luc Perrot, directeur de Valorial. © Valorial
« Viser à la définition de produits sains, bons et pas chers est un bon défi »

Les Marchés Hebdo : De votre place, observez-vous des signes d’un changement de…

 © DR
Tereos se redresse depuis juin

Le groupe sucrier Tereos, qui a vu ses ventes reculer de 4 % au premier trimestre de son exercice décalé 2020/2021 du…

Bonduelle sauve son année malgré la fermeture de la restauration

Les ventes du groupe Bonduelle ont progressé de 2,8 % lors de son exercice 2019-2020, malgré un trimestre en repli en…

 © Nielsen
Vrac : des achats entre parenthèses pendant le confinement

Les produits en vrac ont été fortement affecté par la crise sanitaire avec des achats en net recul pendant la période de…

L’activité d’Elior quasiment divisée par deux d’avril à juin

Le groupe de restauration collective Elior a vu son chiffre d'affaires chuter de près de moitié au troisième trimestre de…

Foodtech : ce qui attire le capital

« Qui parle d’une crise dans le financement de startups de la foodtech ? », interroge DigitalFoodLab dans sa dernière…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio