Aller au contenu principal

Incertitudes et volatilité

Tandis que le maïs devrait s’attendre à un stock de report historiquement bas en 2012 sur le marché mondial, la production de blé vole de record en record à chaque estimation. Le marché reste marqué par une forte volatilité.

Période du 22 au 28 février. Durant cette période, les marchés céréaliers ont fait la démonstration d’une grande instabilité accompagnée d’une volatilité des prix, pas toujours explicable. Deux rapports sont sortis ces jours derniers qui renforcent les estimations du mois dernier et les fondamentaux.
En premier lieu, la dernière conférence annuelle de l’USDA (département américain de l’Agriculture), qui prévoit une progression des surfaces américaines consacrées au maïs de 2,2 % le printemps prochain ; en se fondant sur les rendements moyens de ces dernières années, la récolte américaine pourrait ainsi atteindre 355 millions de tonnes (Mt), ce qui permet d’envisager une reconstitution, au moins partielle de ses stocks. Par ailleurs, il faudra compter avec les forts semis de l’Est européen, ukrainiens notamment.
Or, en ce qui concerne la récolte 2012, un nouveau record de production de maïs est annoncé par le CIC (Conseil international des céréales), à 864 Mt, soit 3 Mt de plus par rapport aux estimations de janvier, mais ne parvient pas à rattraper la consommation de nouveau réévaluée à 871 Mt. Conclusion : le stock de report serait historiquement bas à 126 Mt. Fondamentalement, la tension des prix devrait demeurer la marque de ce marché et, même en cas de grosse récolte, des disponibilités toujours modestes et la perspective d’un marché tendu ; théoriquement, car on n’en est pas encore à la moisson 2013.
En revanche, la production de blé vole de record en record à chaque rapport. Le CIC a encore revu en hausse de 5 Mt, à 695 Mt, son estimation de récolte mondiale pour 2012, maintenant la consommation à 681 Mt et propulsant le stock de report à 211 Mt. Compte tenu du précédent report et de la récolte annoncée, les disponibilités pour l’actuelle campagne se situent à un niveau jamais atteint, de 892 Mt, tandis que les semis mondiaux sont annoncés en progression de 1,5 %. Ce sont des facteurs baissiers mais le blé bénéficie actuellement de la tension du maïs avec un report vers l’alimentation animale (ce qui ne devrait pas être le cas en France, selon FranceAgriMer) et, pour le moment, d’une forte demande internationale qui soutient les prix mondiaux.

Incertitudes sur les prix

Hors ces spéculations, le marché céréalier depuis ces dernières semaines reste caractérisé par une forte volatilité. Les risques de dégâts sur les cultures sont à nouveau évoqués. La réduction volontaire des exportations ukrainiennes, le possible retour de la Russie au marché, les rigueurs passées de l’hiver et surtout, la hausse sensible de l’euro, qui pénalise le blé français à l’export, sont autant d’arguments. Tantôt haussiers, tantôt baissiers, ils se succèdent au jour le jour, entretenant l’instabilité des prix, la semaine 9 débutant par un décrochage des cours que nous actualisons, sans garantie de persistance dans les jours à venir.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Cooperl reprend l’ancien abattoir GAD
Cooperl Arc Atlantique (Lamballe, Côtes d’Armor) a annoncé vendredi soir 2 avril la signature d’un accord par lequel il se porte…
Du Simplement bon au Bio le responsable, Fleury Michon déploie une série d'arguments répondant à toutes les attentes. © Fleury Michon
Jambon : Fleury Michon revoit sa segmentation pour détrôner Herta
Le prix, le goût et l’engagement sociétal sont les trois attentes saillantes de consommateurs de jambon, selon la nouvelle équipe…
Bernard Boutboul, président de Gira Conseil, s'attend à une ruée dans les restaurants pour leur réouverture. © Adrien Olichon sur Unsplash
Perspectives optimistes pour la restauration post-Covid
Les derniers mois ont été éprouvants pour la restauration, mais le secteur n’a pas autant reculé qu’on aurait pu le craindre,…
Avril veut vendre les oeufs Matines et ses activités de transformation animale
Portant de nouvelles ambitions, notamment vers les protéines végétales, le groupe Avril annonce vouloir céder les œufs Matines et…
Le grossiste bio Relais Vert ouvre un nouvel atelier de conditionnement
Relais Vert poursuit sa croissance avec l’ouverture de Bilodev, un nouvel atelier de conditionnement 100% dédié aux produits…
Serge Papin a rendu ce jour son rapport à Julien Denormandie et à Agnès Pannier-Runacher. © agriculture.gouv.fr
Serge Papin propose « un prix garanti cour de ferme »

Ex-patron de Système U, et missionné par le gouvernement pour améliorer le cadre des…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio