Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

« Il faut des connaissances de juristes »


> Gilles Boin, avocat aux barreaux de Paris et de Bruxelles.
Conséquence des récentes fraudes, le cadre réglementaire et juridique évolue considérablement et le responsable qualité voit son rôle renforcé. Explications de Gilles Boin, avocat aux barreaux de Paris et de Bruxelles.

LMH : La loi spécifique sur les lanceurs d'alerte et la loi Hamon vont-elles modifier la responsabilité du qualiticien ?

Gilles Boin : Sa responsabilité ne change pas, mais l'environnement réglementaire dans lequel il évolue devient de plus en plus strict. Avec la loi Hamon, l'échelle des sanctions en cas de manquement à la réglementation passe de 1 à 10 et de nouvelles infractions sont créées. À cela s'ajoute la loi sur les lanceurs d'alerte qui renforce le climat de suspicion généralisé qui pèse actuellement sur les industries agroalimentaires. Cette loi, dont le décret d'application vient d'être publié le 11 mars dernier, donne la possibilité à un employé ou au CHSCT d'informer l'entreprise d'une alerte et de connaître les suites données à celle-ci. Sans réponse de l'entreprise, ils pourront en informer les services de l'État. Il s'agit d'un mécanisme volontaire d'information au sein de l'entreprise et non d'une obligation de dénonciation. Mais on imagine tout de suite les difficultés que cela peut créer en interne...

LMH : Le métier de qualiticien se complexifie-t-il avec l'environnement réglementaire ?

G. B. : C'est certain. La réglementation alimentaire prend de plus en plus d'importance et les manquements sont assortis de responsabilités pénales et administratives importantes pour l'entreprise. Le responsable qualité doit avoir une connaissance élevée et à jour de la réglementation, ce qui n'est pas facile vu qu'il n'existe pas de code de la réglementation alimentaire. Il faut être sûr de ne pas passer à côté d'une information importante et avoir le réflexe de consulter la réglementation européenne. De plus, il existe souvent des incompatibilités apparentes entre plusieurs textes. Pour les interpréter, il faut des connaissances de juristes. Le rôle du responsable qualité s'apparente de plus en plus à celui d'un responsable de la conformité, comme cela peut exister dans d'autres secteurs industriels.

LMH : La délégation de pouvoir changera-t-elle pour autant ?

G. B. : Sur la répartition des responsabilités, il n'y a rien de nouveau. Le mécanisme de délégation de pouvoir est un point clé et existe depuis longtemps. Aujourd'hui, s'il y a une délégation de pouvoir, la responsabilité personnelle du qualiticien est plus importante. Dans les affaires que j'ai eues à traiter au pénal, il n'y avait pas toujours de délégation de pouvoir, mais cela peut arriver. Si la délégation est valable, c'est le procureur qui va décider de poursuivre l'entreprise et/ou le responsable qualité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les denrées de la régie agricole sont en partie surgelées dans l'unité de transformation de la ville.
[Coronavirus] Comment la ville de Mouans-Sartoux s’adapte

Souvent citée en exemple pour son organisation en matière de restauration collective bio, la petite ville de Mouans-…

Les chaînes et groupes de restauration génèrent 36 % du chiffre d’affaires de la RHD. © Patrick Cronenberger
Une tendance structurelle à la hausse, en dehors du Covid-19
En croissance continue ces dernières années, le marché de la consommation hors domicile a récemment vu de nouveaux acteurs se…
Christophe Hardy, dirigeant de Cheville 35 et SocoDN. © DR
Cheville 35 : « ce jeudi matin, les ventes se sont fortement ralenties »
Grossiste en viandes, Christophe Hardy a perdu une partie de son activité. Il continue de fournir les détaillants grâce à une…
Les achats de produits responsables

D’après le Baromètre de la transition alimentaire 2019, sondage Opinion Way réalisé pour Max Hevelaar France, le secteur…

Philippe Villevalois, directeur de l'Ifria Centre-Val de Loire. © DR
Ifria Centre

Philippe Villevalois, délégué général de l’association régionale des entreprises agroalimentaires du…

119 millions de dollars pour aider Cuba face au changement climatique

Le Comité de direction du Fonds vert pour le climat a approuvé hier le financement à hauteur de 119 millions de dollars d…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio