Aller au contenu principal
Font Size

Hénaff se frotte « au meilleur niveau d'exigence »


> Mireille Peuziat, directrice qualité chez Hénaff.
Hénaff est le seul à bénéficier de l'agrément américain en viande de porc transformée. L'industriel breton a aussi réussi à s'ouvrir les portes de la Russie et du Japon. Mireille Peuziat, directrice qualité du conserveur, témoigne.

LMH : En quoi l'exportation chez Hénaff (6 % du CA de 42,6 millions d'euros en 2012), en particulier l'obtention des agréments américain et russe, a-t-elle influé sur l'organisation de la qualité dans la conserverie ?

Mireille Peuziat : Nous sommes la seule entreprise française à bénéficier de l'agrément USDA en viande de porc transformée (conserve et frais), et ce depuis 1982. Nous l'avons perdu à plusieurs reprises, mais nous l'avons retrouvé en 2008 au prix d'une vraie politique de reconquête. Nous possédons aussi le certificat russe comme d'autres sociétés françaises, ainsi que l'agrément pour le Japon. Pour Hénaff, l'exportation a toujours été un enjeu pour se confronter au meilleur niveau d'exigence.

LMH : Comment se traduit le travail du service qualité aujourd'hui ?

M. P. : Nous sommes neuf au service qualité. Nous pratiquons les audits internes, des analyses et contrôles, la documentation et la veille… Il y a une vraie mobilisation autour des contrôles pour rester à un niveau élevé des bonnes pratiques. En 2013, nous avons eu 22 inspections vétérinaires. Le service effectue un suivi de toutes les procédures. Nous faisons en sorte de détecter les problèmes avant qu'ils ne surgissent. Le personnel (214 collaborateurs, ndlr) a aussi la culture de l'exigence. Les responsables de secteur, garants techniques et technologiques, s'assurent que tous les contrôles sont bien effectués. Le service qualité valide en permanence les procédures et, au besoin, met en place des plans d'action pour agir sur les points critiques.

LMH : Partagez-vous votre expérience avec d'autres opérateurs français intéressés par l'exportation ?

M. P. : Nous avons toujours été réticents au partage des informations. Notre organisation résulte de nombreuses années de travail. Ce serait bien qu'il y ait d'autres établissements qui entrent dans cette démarche. Un groupe de travail FICT-FranceAgriMer auquel participent différentes entreprises candidates à l'export s'est monté. J'ai expliqué en réunion notre organisation qualité sans pour autant accepter les candidats chez nous. L'export chez Hénaff participe de la notoriété de la marque. C'est parce que l'entreprise possède les certificats américain et russe que le Cnes nous a mis en relation avec la Nasa pour fabriquer des plats cuisinés qui alimenteront les astronautes de la station spatiale internationale.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Abattoirs : le conseil scientifique Covid-19 suggère un dépistage systématique des salariés

Le conseil scientifique français Covid-19 suggère dans un avis publié le 3 août qu’en cas d’alerte épidémiologique, les…

 © DR
Tereos se redresse depuis juin

Le groupe sucrier Tereos, qui a vu ses ventes reculer de 4 % au premier trimestre de son exercice décalé 2020/2021 du…

Les blés récoltés cette année ont de bons taux de protéines. © JC Gutner/Réussir (archive)
Moissons : les bonnes surprises d’une campagne perturbée

Alors que les grandes cultures (hormis le maïs et les orges de printemps) finissent d’être récoltées, FranceAgriMer fait…

 © DR
La consommation de produits laitiers a évolué positivement en 2019

Bien qu’il se soit poursuivi, le recul des volumes de lait conditionné achetés par les ménages français a été moins…

Bonduelle sauve son année malgré la fermeture de la restauration

Les ventes du groupe Bonduelle ont progressé de 2,8 % lors de son exercice 2019-2020, malgré un trimestre en repli en…

 © Nielsen
Vrac : des achats entre parenthèses pendant le confinement

Les produits en vrac ont été fortement affecté par la crise sanitaire avec des achats en net recul pendant la période de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio