Aller au contenu principal

Fragile rebond sur les marchés

Après une belle période de hausse, le colza se tasse légèrement dans le sillage du soja dont la récolte record se confirme aux États-Unis et en sympathie avec le pétrole qui retrouve des niveaux bas.

Selon le département américain à l'Agriculture (USDA), 20 % des surfaces semées aux États-Unis sont récoltées. Par le passé, à cette date, en moyenne 35 % du soja était déjà moissonné. Les récoltes ont été entravées par des pluies qui ont abondamment arrosé le Corn Belt. Pendant ce temps, les premiers semis ont démarré au Brésil. Mais l'ambiance n'y serait pas euphorique. L'inquiétude des producteurs sud-américains vis-à-vis du niveau actuel des prix du soja s'amplifie. Cela pourrait remettre en cause une partie des intentions de semis au Brésil ou en Argentine, notamment dans des régions éloignées des ports d'exportation où les prix actuels offerts aux agriculteurs ne couvrent même pas les coûts de production.

En dehors du retard des moissons et des incertitudes sur les semis sud-américains, d'autres facteurs de soutien ont vu le jour. Au 1er septembre, les stocks de soja américain s'élèvent à peine à 2,5 millions de tonnes (Mt) alors que les opérateurs s'attendaient à plus de 3,4 Mt. Les exportations de graines US se portent bien aussi. À fin septembre, elles totalisent 1,44 Mt alors que l'an dernier à la même époque, elles ne parvenaient même pas à franchir la barre du million de tonnes. Dans ce contexte, les cours des graines de soja à Chicago ont repris quelques dollars ces derniers jours. Mais la publication des chiffres USDA vendredi dernier, avec une récolte encore revue à la hausse aux USA, pèse sur la tendance en ce début de semaine.

Colza : volume élevé de trituration

Avec le soutien du soja auquel s'ajoute la remontée des huiles végétales, le marché européen du colza se trouve dans de meilleures conditions. Grâce à la compétitivité de leur huile, dans les filières alimentaire et biodiesel, les graines de colza offrent des marges rémunératrices aux industriels.

C'est sans doute ce qui explique le volume élevé de la trituration en Europe durant cette première partie de la campagne. En juillet, il s'élève à 1,7 million de tonnes soit 0,3 million de tonnes de plus que l'année dernière pour le même mois. Les chiffres pour le mois d'août semblent confirmer cette tendance. Par ailleurs, les intentions de semis dans l'Union européenne pour la récolte 2015 seraient en baisse. À l'exception de la France où elles devraient peu varier, on prévoit une diminution plus ou moins importante dans les autres États membres principaux producteurs. Seule ombre au tableau : le pétrole se dégrade.

Les prix ont donc renoué avec la hausse jusqu'à vendredi dernier où ils sont repartis à la baisse dans le sillage du soja.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Evolution des cours des principales céréales
Hausse des cours du blé tendre sur un marché intérieur très calme
La demande internationale en blé, actuellement très active, apporte du soutien aux cours. L’activité reste très limitée sur le…
Difficultés à l’export du blé français, malgré une demande mondiale active

Alors qu’ils étaient globalement baissiers depuis mi-juillet, les cours mondiaux du blé ont rebondi mi-août, sous l’…

Le café coule avec des mouvements spéculatifs et une demande en berne

Les cours du café ont cédé du terrain cette semaine, pénalisés par des mouvements spéculatifs et dans un marché toujours…

Evolution des cours des principales céréales
Progression des cours du blé tendre et du maïs
L’activité est assez limitée, notamment à l’exportation, pour laquelle les céréales à paille sont peu compétitives et peu…
Chicago : le soja au-dessus des 10 dollars

Le cours du principal contrat de soja échangé à Chicago a dépassé le seuil des 10 $ mercredi à la clôture, porté par des…

 © JC Gutner
L’industrie des produits aromatiques résiste à la crise

L’industrie des produits aromatique semble résister à la crise, selon les données de Prodarom communiquées par…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio