Aller au contenu principal

FnB Private Equity va racheter les aliments pour bébés de Nestlé

Le fonds d’investissement a confirmé être entré en négociations exclusives avec le géant de l’alimentaire. La transaction devrait être validée au court du premier semestre 2024. L’alimentation pour bébés a représenté, en 2023, un marché mondial de plus de 88 milliards d’euros.

FnB Private Equity a déjà racheté les Cafés Legal.
Valérie Lutt et Olivier Marchand, cofondateurs de FnB Private Equity, sont entrés en négociations exclusives avec Nestlé.
© K.BERTIN

« Le montant de la transaction restera confidentiel », avertit d’emblée le fonds d’investissement spécialisé dans l’agroalimentaire, FnB (Food and Beverage) Private Equity qui va donc racheter les activités « aliments pour bébés », hors laits infantiles, de Nestlé. Dans un communiqué publié le 8 février 2024, FnB Private Equity a confirmé être entré en négociations exclusives avec le géant suisse. « Ce projet s’inscrit dans une stratégie de croissance des marques NaturNes, Babicao et Babivanille, et des franchises P’tit, offrant de nouvelles perspectives d’innovation ». Un rachat global qui inclut l’usine de Arches dans les Vosges, sans incidence pour les salariés.

Lire aussi : Une acquisition qui renforce Plukon en Espagne

Un rachat sur un marché global colossal de 88 milliards d’euros

Cette future acquisition serait la deuxième réalisée par FnB auprès de Nestlé, après le rachat de Mousline en octobre 2022. FnB, codirigée par Valérie Lutt et Olivier Marchand, va donc intégrer le marché colossal de l’alimentation pour enfants qui a représenté, au niveau mondial, plus de 88 milliards d’euros en 2023 et qui est estimé à 125 milliards d'euros à l’horizon 2028. Pourtant, dans son communiqué, le fonds d’investissement se dit davantage intéressé par « les compétences des équipes et la performance industrielle et environnementale de l’usine d'Arches ».

9 milliards d'euros pour le rachat des activités Pfizer en 2012

Si le montant de la transaction ne sera pas connu, il devrait être très élevé sans toutefois atteindre celui du rachat des activités alimentation infantile de l’Américain Pfizer en 2012. A l’époque, Nestlé avait déboursé près de 9 milliards d’euros et le marché mondial de l’alimentation pour bébés pesait 30 milliards d’euros.  

Lire aussi : LDC s'intéresse au groupe Routhiau

 

Les plus lus

« Les agriculteurs ont reçu consigne d'aller dans la grande distribution », Michel-Edouard Leclerc

Le patron du mouvement E.Leclerc s’est expliqué ce 5 février au micro de France Inter.

Lait : pourquoi la France a perdu en compétitivité

La filière laitière française descend à la troisième place en termes de compétitivité parmi les grands producteurs de lait…

Production de viande bovine en 2024, le vrai du faux

L’Institut de l’élevage a publié ses prévisions 2024 pour la production de viande bovine, qui devrait encore baisser, mais…

viande bovine
Près d’un quart de la viande bovine consommée en France est importée, d’où vient-elle ?

Les importations françaises de viande bovine se sont un peu tassées en 2023, reflet du manque de dynamisme de la consommation…

un femme d'âge moyen pousse son caddie au supermarché, elle hésite
Les tendances de consommation alimentaires de 2024 en 5 points

Après une année 2023 plombée par l’inflation, que réserve la consommation alimentaire des Français en 2024 ? Nielsen a…

Les Labels rouge de bœuf limousin dans une mauvaise passe

La perte de volumes en labels Bœuf limousin junior et encore davantage en veau sous la mère inquiète l’association Limousin…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio