Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Fluctuations inattendues sur un marché capricieux

Le marché céréalier vient encore de faire la démonstration de sa volatilité depuis la semaine dernière avec des écarts de prix brutaux, surtout pour le blé, la conjoncture surpassant les fondamentaux.

Période du 22 au 28 octobre. Le marché céréalier, en particulier celui du blé, demeure capricieux, avec des fluctuations de prix inattendues. Notre commentaire pour la période du 15 au 21 octobre faisait le constat d'une détente des prix que l'on pouvait attribuer à un raffermissement de l'euro et à la reprise des chantiers de récolte de maïs (et de soja) aux États-Unis pesant sur les cours de Chicago. Sur Euronext, l'échéance novembre cotait 159,75 euros ; la cotation est remontée très vite à 170,5 euros, dès le 22 octobre, le rebond provenant d'un repli de l'euro, d'une hausse à Chicago avec des rachats de positions shorts par les fonds. Vendredi, les cours se repliaient de nouveau pour descendre à 165 euros en clôture, le 28 octobre. Ce sont là des écarts brutaux qui mettent à mal les fondamentaux.

Compétitivité de l'origine France

Les tirages de certificats atteignaient, le 23 octobre, pour l'Union européenne, 9,1 millions de tonnes contre 8,4 millions de tonnes l'an dernier à la même date, bilan surprenant si l'on considère que les exportations communautaires vers les pays tiers sont estimées pour l'actuelle campagne, en baisse de 12 % par rapport à 2013/2014. Une nouvelle participation de la France, en compagnie de la Roumanie et de la Russie, à un appel d'offres égyptien, à hauteur de 60 000 tonnes vient aussi prouver la compétitivité de l'origine France, portant à 420 000 tonnes le volume de nos ventes à l'Égypte depuis le début de la campagne (zéro l'an dernier, à la même période).

Le marché physique, moins instable, ne s'aligne que partiellement sur la volatilité d'Euronext. Les vendeurs résistent et, en particulier les agriculteurs plus occupés aux travaux saisonniers, semis de blé d'hiver et d'orge, que par le marché. Quant à la récolte de maïs, elle a pris son rythme normal après un démarrage tardif, mais favorable au séchage. Au fur et à mesure de son avancée, elle se confirme abondante et de qualité.

Maïs : concurrence ukrainienne contrariée

Dans un marché communautaire qui fonctionnera surtout en interne compte tenu de ses fortes disponibilités, le maïs français trouve sa place, en particulier vers l'Espagne, la concurrence ukrainienne étant contrariée par le relèvement des droits à l'importation. Les prix de l'orge en portuaire se sont détendus, mais sur le marché intérieur, la concurrence s'exerce principalement entre le blé et le maïs. Le blé dur poursuit sa hausse solitaire, jusqu'à 415 euros, rendu port La Nouvelle (voir p. 16).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Evolution des cours des principales céréales
L’épidémie de coronavirus fait chuter les cours du blé tendre
Le blé tendre français cumule les éléments baissiers – recul des bourses mondiales et chute des cours du pétrole, sur fond d’…
L’essor de Covid-19 entraîne un nouveau recul des cours
Dans un contexte de crainte de récession de l’économie touchée par le coronavirus, le blé tendre limite les pertes pour le moment…
Evolution des cours du colza
Hausse des cours du colza, dans le sillage du soja
La Chine a de nouveau commandé du soja en provenance des États-Unis, et des restrictions logistiques sont observées dans les…
Chicago : le blé au plus haut

Le cours du blé coté à Chicago a atteint mercredi son plus haut depuis fin janvier alors que la demande nationale et…

 © Max Havelaar
Le cacao sombre

Le cacao a été malmené sur les marchés cette semaine, les investisseurs s’interrogeant sur le déséquilibre généré par une…

 © Jean Nantueil
Chicago : repli en panique autour du coronavirus

Le marché agricole a suivi la même tendance qu’à Wall Street, lourdement lesté par l’incertitude ambiante face au…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio