Aller au contenu principal

Entre le chaud et le froid

Le froid continue d’entretenir une tendance haussière sur les marchés et les vendeurs sont sur la réserve. Si le blé s’oriente fermement, le maïs bénéficie quant à lui des difficultés d’acheminement de l’offre ukrainienne.

Période du 30 janvier au 2 février. L’analyse par Arvalis, institut du végétal, des conséquences du froid sur les cultures céréalières françaises, bien que tentant de désamorcer les craintes, ne les écarte cependant pas complétement dans l’état actuel des choses, compte tenu de l’avancement de la végétation. Les espèces les plus menacées seraient les orges de printemps semées en automne et le blé dur, suivis par les orges d’hiver et les blés alternatifs. Le blé tendre d’hiver paraît, pour le moment, courir assez peu de risques. Mais plus on va vers l’est – Allemagne, Pologne, Russie et surtout Ukraine –, moins les informations sont rassurantes.

Regain d’intérêt pour l’orge fourragère

Le froid continue donc d’entretenir une tendance haussière qu’entérine le marché à terme européen, Euronext, tandis que le marché physique retrouve, pour le blé tendre standard rendu Rouen, les 210 euros, après une courte période de détente relative  en fin de semaine dernière. La prochaine récolte n’a rien à envier à l’ancienne dans l’orientation ferme des prix, à 200 euros rendu Rouen.  Les vendeurs sont sur la réserve, surveillant l’évolution des conditions climatiques. L’annonce par les autorités russes qu’une possible taxation des exportations  n’interviendrait pas avant avril, n’a pas bouleversé le marché qui avait intégré cette éventualité.
L’orge fourragère, qui avait un moment perdu de sa compétitivité en portuaire comme auprès des Fab en raison de son prix élevé, bénéficie d’un regain d’intérêt, son prix ayant décroché de celui du blé. Le maïs, soutenu sur les marchés à terme par les incertitudes de la récolte sud-américaine, bénéficie aussi  des difficultés d’acheminement de l’offre ukrainienne (ports bloqués par les glaces) et reconquiert l’intérêt des Fab, qui n’avait pas été aussi évident qu’on le prévoyait en début de campagne. Ainsi, pour les six premiers mois de la campagne en cours, les incorporations de maïs par l’industrie de l’alimentation animale a porté sur 1,5 Mt contre 1,49 pour la période correspondante de 2010-2011 ; le blé a profité d’un large recul de l’orge (0,7 Mt contre 1 Mt) avec 2,63 Mt contre 2,49 l’an dernier à la même période.

Confirmation de la hausse des surfaces céréalières

La  dernière note « Agreste » du ministère de l’Agriculture confirme la progression des semis céréaliers d’hiver pour la prochaine récolte. La surface céréalière totale  pour les semis d’hiver est augmentée de 30 000 hectares, à 7,063 millions d’hectares (Mha), soit 1,7 % de plus qu’en 2010-2011. Avec 5,054 Mha, le blé tendre progresserait de 1,1 %, mais de 3,3 % par rapport à la dernière moyenne quinquennale. La surface d’orge d’hiver, avec 1,1 Mha, poursuivrait la reprise constatée depuis deux ans tout en restant inférieure de 8,6 % à la moyenne quinquennale.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Cooperl reprend l’ancien abattoir GAD
Cooperl Arc Atlantique (Lamballe, Côtes d’Armor) a annoncé vendredi soir 2 avril la signature d’un accord par lequel il se porte…
Du Simplement bon au Bio le responsable, Fleury Michon déploie une série d'arguments répondant à toutes les attentes. © Fleury Michon
Jambon : Fleury Michon revoit sa segmentation pour détrôner Herta
Le prix, le goût et l’engagement sociétal sont les trois attentes saillantes de consommateurs de jambon, selon la nouvelle équipe…
Bernard Boutboul, président de Gira Conseil, s'attend à une ruée dans les restaurants pour leur réouverture. © Adrien Olichon sur Unsplash
Perspectives optimistes pour la restauration post-Covid
Les derniers mois ont été éprouvants pour la restauration, mais le secteur n’a pas autant reculé qu’on aurait pu le craindre,…
Avril veut vendre les oeufs Matines et ses activités de transformation animale
Portant de nouvelles ambitions, notamment vers les protéines végétales, le groupe Avril annonce vouloir céder les œufs Matines et…
Le grossiste bio Relais Vert ouvre un nouvel atelier de conditionnement
Relais Vert poursuit sa croissance avec l’ouverture de Bilodev, un nouvel atelier de conditionnement 100% dédié aux produits…
La France possède les plus grandes surfaces de légumes secs bio dans le monde

Avec près de 131 070 hectares de surfaces de légumes secs cultivées en agriculture biologique en 2019, la France se hisse à la…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio