Aller au contenu principal

Enjeux et défis du « drive » pour l’alimentaire

Avec un taux de pénétration de 6,7 % en 2011, le « drive » a su convertir un certain nombre de consommateurs. Alors que l’e-commerce alimentaire peine à trouver des adeptes, les distributeurs misent désormais sur le « drive ». Selon Kantar Worldpanel, 70 % des clients utilisant ce modèle de distribution en étaient satisfaits en 2011. Toutes les enseignes axent leur développement sur ce nouveau mode de consommation. Selon les projections de Kantar, il devrait atteindre en 2015 une part de marché de 6,1 % pour un chiffre d’affaires de 4,75 milliards d’euros. Promis à un bel avenir, le « drive » laisse néanmoins encore perplexes beaucoup d’industriels. Certains secteurs, les surgelés et les glaces notamment, ne profitent pas de son essor. Les marques nationales sont un peu reléguées en fond de panier, et les PME n’y ont pas forcément accès du fait, entre autres, d’assortiments plus réduits qu’en magasins. Les marques de distributeur accaparent 44 % du marché du drive contre 30 % dans les circuits classiques. De plus, le budget des ménages a tendance à se restreindre. Dans le contexte d’une légère progression de la consommation (+0,8 % en volume en 2011), les clients du drive réduisent de 2,4 % leurs achats alimentaires en nombre d’articles. La question de l’impulsion reste importante. Si les clients du drive vérifient leurs placards et utilisent des listes de course automatiques, 50 % achètent encore des produits non prévus, selon Kantar.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Avril confirme entrer en négociation exclusive avec Bigard pour la cession d'Abera et Porcgros
Comme nous l'annoncions dans notre dernier hebdomadaire, Bigard s'apprête à reprendre les sociétés Abera et Porcgros, propriétés…
Egalim 2 : pas de contractualisation avec les grossistes ni sur les marchés aux bestiaux
La loi Egalim 2 n’oblige pas les éleveurs à contractualiser sur marchés de bétail vif. Elle maintient aussi le régime commercial…
Infographie abattages français
[Infographie] La Bretagne, première région d'abattage en France

Cette infographie s'appuie sur les données 2020 d…

Nouvelle salve entre Inaporc et Cooperl sur le financement de l’équarrissage
L’interprofession du porc et la première coopérative porcine campent sur leurs positions respectives quant à la Cotisation…
UFC-Que Choisir, Greenpeace et WWF France s'attaquent aux promesses des labels et signes de qualité alimentaires
UFC-Que Choisir, Greenpeace et le WWF France ont présenté le 28 septembre les résultats de leur étude sur la véracité et les…
Les acteurs du bio se projettent pour trouver une nouvelle dynamique
L’émergence de nouveaux labels de qualité a dilué l’influence du bio dans la tête des consommateurs. Afin de se relancer, la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio