Aller au contenu principal

[Édito] Les paradoxes des protéines végétales

[Édito] Les paradoxes des protéines végétales
© Pixabay

Les protéines végétales sont tendances. Elles attirent les people. Nous mettions récemment en une de notre site web acteur et musicien américains, Leonardo DiCaprio et Jay-Z, pour leurs investissements dans des entreprises végétales. Elles font aussi monter les cours de la Bourse pour ceux qui s’y lancent. Elles attirent les fonds financiers du monde entier. Dans un récent communiqué, le réseau d’investisseurs Fairr s’émouvait du peu de réaction chez nos acteurs européens, et notamment français, sur ce marché qu’il considère comme prometteur. Pourtant, le secteur des protéines végétales n’est pas un long fleuve tranquille. Le groupe Roquette vient d’alerter sur ses difficultés d’approvisionnement en pois, dues en partie à une sécheresse estivale importante au Canada. Alors que le groupe investit fortement dans le secteur, il se retrouve confronté à une situation « inédite » de hausses de prix sur le pois. De manière très pragmatique, Xavier Terlet, directeur général de Protéines XTC, recentrait le débat sur son compte Linkedin en évoquant les chiffres du marché. « Boom des alternatives végétales ?? Les chiffres astronomiques de prévision du marché des alternatives végétales lancés sans justification par les agences économiques et d’investissement et relayés par les associations vegan sont à prendre avec quelques précautions, en tout cas, pour le marché français », écrivait-il fin septembre. En commentaire, une consultante abondait dans son sens : « Même constat pour ma part au Canada : il y a un boom de l’offre végétale, mais le consommateur ne semble pas suivre à la même vitesse… » Et de citer les chiffres de Xerfi : « Le marché des alternatives végétales s’approche du point mort, avec à peine 28 millions d’euros de gains de chiffre d’affaires en 2020 sur l’ensemble des segments (boissons, traiteur, desserts). Une croissance qui pourrait être ramenée à 2,4 %, si on retranche l’effet Covid. Des chiffres loin de caractériser un marché en plein boom. » Un marché à suivre avec prudence !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Avril confirme entrer en négociation exclusive avec Bigard pour la cession d'Abera et Porcgros
Comme nous l'annoncions dans notre dernier hebdomadaire, Bigard s'apprête à reprendre les sociétés Abera et Porcgros, propriétés…
Egalim 2 : pas de contractualisation avec les grossistes ni sur les marchés aux bestiaux
La loi Egalim 2 n’oblige pas les éleveurs à contractualiser sur marchés de bétail vif. Elle maintient aussi le régime commercial…
Infographie abattages français
[Infographie] La Bretagne, première région d'abattage en France

Cette infographie s'appuie sur les données 2020 d…

Nouvelle salve entre Inaporc et Cooperl sur le financement de l’équarrissage
L’interprofession du porc et la première coopérative porcine campent sur leurs positions respectives quant à la Cotisation…
UFC-Que Choisir, Greenpeace et WWF France s'attaquent aux promesses des labels et signes de qualité alimentaires
UFC-Que Choisir, Greenpeace et le WWF France ont présenté le 28 septembre les résultats de leur étude sur la véracité et les…
Les acteurs du bio se projettent pour trouver une nouvelle dynamique
L’émergence de nouveaux labels de qualité a dilué l’influence du bio dans la tête des consommateurs. Afin de se relancer, la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio