Aller au contenu principal

[Édito] Export : la force du collectif

[Édito] Export : la force du collectif
© Pixabay

En vingt ans, la France est passée du rang de deuxième exportateur mondial de produits agroalimentaires à celui de quatrième, rappelait récemment l’Ania. L’exportation totalise 24 % du chiffre d’affaires du secteur agroalimentaire, contre 43 % pour le reste de l’industrie. Deux PME françaises sur dix exportent, contre huit sur dix en Allemagne. Et que dire des exportations italiennes qui sont restées à des niveaux élevés malgré la pandémie (+2,5 % en 2020) ! La France agroalimentaire, constituée en grande majorité de PME et de TPE, souvent sans responsable export, a bien du mal à retrouver des niveaux prometteurs. Le constat n’est pas irréversible ! Pour Jean-Philippe André, nouveau président de l’Ania, il est possible de regagner 0,1 point de marché en un ou deux ans. La reconquête des parts de marché de la France sur le marché mondial n’est pas un combat perdu d’avance. L’année 2021 commence d’ailleurs sous de meilleurs auspices. Un changement de paradigme s’avérera probablement nécessaire. Si l’État veut remonter la place de l’agroalimentaire français sur l’échelle européenne ou internationale, il faut s’en donner les moyens. Et les entreprises doivent aussi y voir des opportunités de croissance. S’inspirer des expériences des autres, réussite comme échec, est toujours une source de progrès ! Nous avons voulu dans notre dossier sur l’exportation mettre en lumière différentes manières d’appréhender l’ouverture vers d’autres marchés. Parfois, le simple recrutement d’un VIE peut ouvrir des pistes, mais n’est probablement pas suffisant pour avoir une démarche structurée et éviter celle du « one shot ». D’autres préfèrent des alliances, le collectif est toujours une force. La fameuse expression « chasser en meute » revient dans les discussions. Et si l’agroalimentaire français la mettait enfin en application !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Avril confirme entrer en négociation exclusive avec Bigard pour la cession d'Abera et Porcgros
Comme nous l'annoncions dans notre dernier hebdomadaire, Bigard s'apprête à reprendre les sociétés Abera et Porcgros, propriétés…
Egalim 2 : pas de contractualisation avec les grossistes ni sur les marchés aux bestiaux
La loi Egalim 2 n’oblige pas les éleveurs à contractualiser sur marchés de bétail vif. Elle maintient aussi le régime commercial…
Infographie abattages français
[Infographie] La Bretagne, première région d'abattage en France

Cette infographie s'appuie sur les données 2020 d…

Nouvelle salve entre Inaporc et Cooperl sur le financement de l’équarrissage
L’interprofession du porc et la première coopérative porcine campent sur leurs positions respectives quant à la Cotisation…
UFC-Que Choisir, Greenpeace et WWF France s'attaquent aux promesses des labels et signes de qualité alimentaires
UFC-Que Choisir, Greenpeace et le WWF France ont présenté le 28 septembre les résultats de leur étude sur la véracité et les…
Les œufs de poules élevées au sol ou en plein air sont recherchés par les ménages et les industriels.
Progression des achats d’œufs d’élevages au sol et d’ovoproduits de poules élevées en plein air
Les consommateurs plébiscitent les œufs de poules élevées au sol cette année 2021, tandis que les IAA augmentent leurs achats d’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio